Agrinovation : L'agroforesterie remise au goût du jour

Johanna BALPE, étudiante à AgroParisTech

Agrinovation : L'agroforesterie remise au goût du jour

Pour concilier développement durable et maintien de la biodiversité certaines pratiques culturales, comme l'agroforesterie , momentanément écartées par l'ère du remembrement, sont remises au goût du jour .

Yves François, référent des chambre d'Agriculture pour l'« agroforesterie », est venu présenter sur le Plateau de Terre d'Infos cet itinéraire technique et ses avantages. Il s'agit d'associer une culture pérenne (arbres) et annuelle (souvent céréalière), pratique déjà développée en Allemagne, en Chine et en Australie, où le couvert forestier constitue une protection par rapport au soleil et à la chaleur.

Les arbres sont plantés avec un espacement correspondant à la largeur maximale des machines utilisées. Si ce système peut sembler contraignant au premier abord, il apporte néanmoins un certain nombre d'avantages non négligeables. La biomasse produite est en effet considérablement accrue par l'association des cultures. Ceci est dû d'une part à une meilleure absorption des intrants et à une augmentation conséquente de la biodiversité sur ces parcelles. Cela permet également de limiter la pollution du sol, grâce à la densité du réseau racinaire à des profondeurs élevées (racine des arbres) et faibles (du blé).

Gérer la dualité temporelle culture pérenne/annuelle

L'agroforesterie est en plein essor en France depuis deux ans. Cependant elle n'est pas sans poser certains problèmes à l'agriculteur. En effet, les céréaliers se lançant dans cette pratique nouvelle doivent apprendre un nouveau métier et gérer la dualité temporelle culture pérenne/annuelle. Les premières années, la taille des arbres engendre également un coût supplémentaire, mais qui est très largement amorti lorsque la culture des arbres arrive à son terme.

Le développement de l'agroforesterie a également mis sur le marché un nouveau type de producteur. Si les forestiers ont dans un premier temps redouté cette concurrence, ils ont rapidement compris l'intérêt de ces pratiques et qu'ils ne seraient pas gênés. L'agroforesterie a donc un bel avenir devant elle.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier