Améliorer la qualité du blé : défi et casse-tête pour la France

Améliorer la qualité du blé : défi et casse-tête pour la France

Concurrencée à l'export par les pays de la mer Noire, la France tente d'augmenter la qualité de son blé, en particulier la teneur en protéines, cruciale pour la transformation en pain, mais compliqué à obtenir pour les agriculteurs.

Début juin, l'accord interprofessionnel qui prévoit de mentionner la teneur en protéine des grains dans les contrats de vente de blé tendre conclus à partir du 1er juillet a été étendu par l’Etat.  Pour l’AGPB, qui célèbre aujourd’hui ses 90 ans : « La généralisation de l'affichage des taux de protéines contribuera à une meilleure satisfaction des attentes des utilisateurs dans les différentes filières, une nécessité face à l'évolution de la concurrence ».

Car la France, premier producteur de blé de l'Union européenne, exporte plus de la moitié de sa production. Quelque 60% des exportations partent hors de l'UE, en particulier dans les pays d'Afrique du Nord et subsaharienne.  Or ces clients demandent des teneurs en protéines de plus en plus élevées. Mais même au sein de l'Hexagone, la demande de protéines est en augmentation.

Or  le taux de protéines des blés français a nettement diminué ces trois dernières années, notamment parce que les agriculteurs ont choisi des variétés de blé à fort rendement, qui ont un taux de protéines moins élevé. Résultat: le blé français est de plus en plus concurrencé par celui des pays de la mer Noire, Ukraine en tête, moins cher et plus protéiné.

Effets pervers ?

"Il va falloir concilier de bons rendements avec le taux de protéines, c'est un peu antinomique", souligne François Barret, producteur de blé dans l'Eure-et-Loir, qui s'inquiète aussi du casse-tête environnemental.  Car "pour obtenir des protéines, il faut mettre de l'azote", explique-t-il. Or ces engrais se dégradent en nitrates qui polluent les nappes phréatiques. Leur utilisation est strictement encadrée par la directive européenne sur les nitrates depuis 1991.

Pour résoudre ces contradictions, M. Barret "espère être aidé par la technologie". L'utilisation de drones et de systèmes satellitaires se développe pour aider les agriculteurs à doser précisément les apports en azote, pour être le plus efficaces et le moins nocif pour l'environnement.

Le plan protéines mis en place par FranceAgrimer et par la filière fin 2013 mise sur le conseil aux agriculteurs dans ces domaines. Il prévoit aussi de réorienter la recherche semencière vers des variétés de blé qui concilient rendement et teneur en protéine élevée.

Les semenciers ont d'ailleurs flairé l'opportunité. Syngenta commercialisera en 2015 des variétés sélectionnées en ce sens.  Reste que l'amélioration du blé en termes de protéines pourrait avoir un inconvénient alimentaire. "Il y a très clairement une corrélation entre l'augmentation des allergies au gluten et la sélection génétique sur l'accroissement du taux de protéines", met en garde l'agronome Marc Dufumier, professeur émérite à AgroParisTech.

Voir aussi :

[Vidéo] L’agridrone surfe sur la vague des agriculteurs high-tech

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

oulala

oh oui c vrai les vilains zhommes politiques il faut que l'on puisse mettre encore 300uN 5 fongicides, je viens de finir mes stocks d'atrazine comment vais je faire??? rendez nous le lindane
un bon moyen de faire de la proteine , refaire de l'agronomie allez vers plus de matiere organique dans le sol decalé le 3eme quitte a sacrifier du rendement ....ah mais j'oubliais etant donné que la variable la plus impactante est le rendement , les paysans choississent sciamment de privilegier le rendement à la proteine, rajouter une prime de 40 euros tonnne il y aura plus que candidat à la proteine
mais malheureusement on va prendre le prix de base d'aujourd'hui ademettons 180e et on dira , bon maintenant pour avoir 180 il faut 13.5 de proteine, ceux qui ne font que 11 seront payer 140, en dessous 110
bref vu le contexte avec l'augmentation constante des allergies au gluten d'ici 20ans il faudra que syngenta cherche du blé sans gluten plutot que du blé avec proteine car il n'y aura peut etre plus guere de client pour le blé

agri 70

bonne chance pour faire du blé de qualité avec toutes les contraites qui nous tombent dessus grace à nos politiques qui ont signés le grenelle de l 'environnement

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier