Amflora : Une pomme de terre OGM bientôt dans nos champs

La Commission européenne a autorisé la culture d'une pomme de terre génétiquement modifiée du groupe allemand BASF. C'est le premier feu vert pour la culture d'une variété transgénique depuis douze ans dans l'Union européenne.

L'autorisation concerne la pomme de terre Amflora, une tubercule conçue par la firme BASF, destinée à l'usage industriel et à l'alimentation animale. Le féculent est renforcé en amylopectine, un composant de l'amidon utilisé par l'industrie pour fabriquer des textiles, du béton et du papier.

Le groupe allemand BASF a déclaré qu'il comptait cultiver dès 2010 sa pomme de terre génétiquement modifiée.

La Commission européenne, à qui revenait la décision finale après que les États de l'UE n'aient pas réussi à se mettre d'accord, s'est appuyée sur le jugement de l'Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), qui a estimé que la pomme de terre ne posait pas de problème pour la santé.

Mais cette pommme de terre contient aussi un gène marqueur de résistance aux antibiotiques, ce qui lui vaut d'être critiquée par les défenseurs de l'environnement. Ces derniers s'inquiètent des risques de dissémination du gène sur les autres plantes dans la nature.






Trois variétés de maïs autorisées à la commercialisation

La Commission européenne n'avait plus donné son feu vert à une culture OGM en Europe depuis 1998. Il s'agissait du maïs OGM de Monsanto, le MON 810, aujourd'hui de nouveau interdit à la culture du fait de la clause de sauvegarde prise par la France et d'autres pays européens.

Bruxelles a aussi accepté la commercialisation en Europe de trois variétés de maïs transgéniques de la firme Monsanto, des dérivés du MON 863, selon un communiqué de l'exécutif européen. Une décision moins spectaculaire dans la mesure où des produits OGM importés font régulièrement l'objet d'autorisations pour le commerce.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier