Arrêté sur les pesticides: Le Foll veut ménager environnement et agriculteurs

Arrêté sur les pesticides: Le Foll veut ménager environnement et agriculteurs

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll a assuré que les travaux de réécriture d'un arrêté réglementant l'épandage des pesticides se faisaient dans le respect de l'environnement, de la santé des populations et du travail des agriculteurs.

"Il faut qu'on soit capable de coordonner l'ensemble des dispositifs et de le faire dans le souci de respecter l'environnement, la santé de nos concitoyens et en même temps le travail des agriculteurs", a déclaré mercredi le ministre devant l'assemblée en réponse aux questions des députés Joël Giraud (radical de gauche) et Bérangère Poletti (LR).

Les deux députés, dans deux questions distinctes, s'inquiétaient des conséquences d'une surtransposition des textes européens qui restreindrait les surfaces traitables et donc pénaliserait "inutilement" les paysans. "Aujourd'hui il y a des lignes directrices qui sont mises en place au niveau européen sur toutes les nouvelles autorisations de mise en marché, datant de janvier 2016. On va les respecter", a déclaré M. Le Foll.

"Si nous sommes en discussion sur cet arrêté c'est parce qu'une association de producteur de pommes et de poires a été saisir le Conseil d'Etat et nous sommes en situation de renégocier tout ça", a-t-il rappelé.

A la demande de l'Association nationale des producteurs de pommes et de poires, le Conseil d'Etat a annulé en juillet l'arrêté ministériel du 12 septembre 2006 encadrant l'utilisation des pesticides sur le territoire national, au motif qu'il n'avait pas été soumis à la Commission européenne pour avis.

Ce texte, qui sera caduc au 7 janvier 2017, stipulait notamment que "des moyens appropriés doivent être mis en oeuvre pour éviter l'entraînement (des pesticides) hors de la parcelle ou de la zone traitée". Un nouveau texte est donc en cours de réécriture au sein des différents ministères en charge de ces questions: Santé, Environnement et Agriculture. Il suscite de vives inquiétudes tant du côté des associations de défense de l'environnement que des agriculteurs.

Plusieurs associations de défense de l'environnement - Générations Futures, Eau et Rivières de Bretagne, Greenpeace ou encore Soutien aux victimes de pesticides - ont ainsi dénoncé vendredi à Rennes l'opacité des discussions autour de la réécriture de cet arrêté.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier