Barack Obama demande au Congrès d'aider les agriculteurs américains

Barack Obama demande au Congrès d'aider les agriculteurs américains

Le président américain Barack Obama a exhorté samedi le Congrès à adopter un projet de loi pour aider les agriculteurs et les éleveurs touchés par la grave sécheresse qui frappe les Etats-Unis depuis la mi-juin.

"Il faut adopter un projet de loi agricole qui non seulement aide les agriculteurs et les éleveurs à faire face à ce type de désastres, mais qui permette aussi de mettre en oeuvre les réformes nécessaires et leur donne une certaine visibilité tout au long de l'année", a déclaré Barack Obama dans son message hebdomadaire diffusé sur internet et à la radio. "C'est la seule manière d'aider les communautés rurales aujourd'hui, mais aussi à long terme", a-t-il ajouté.

Selon Barack Obama, la moitié des cultures de maïs sont en mauvais ou très mauvais état et les éleveurs peinent pour nourrir leurs animaux. "Si nous n'avons pas d'aide bientôt, les Américains commenceront à en ressentir les effets et verront les prix augmenter sur les étals des épiceries partout dans le pays", a-t-il prévenu.  Des analystes soulignent qu'une augmentation des prix des denrées alimentaires pourrait se faire ressentir juste avant les élections présidentielle et législatives du 6 novembre et avoir un impact sur leur résultat.

"Nous avons déjà donné aux agriculteurs de 32 États un accès à des prêts d'urgence à bas taux", a rappelé le président américain. "Nous avons permis l'accès à davantage de terres de l’État fédéral pour faire paître les animaux. Et nous travaillons avec les compagnies d'assurance pour donner un répit aux agriculteurs pour le paiement de leurs primes", a-t-il aussi souligné.

Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), environ 53% du territoire des États-Unis, en particulier dans le Midwest et l'Ouest, sont frappés en juin par la sécheresse. Ce pourcentage est le plus fort observé dans le pays depuis 1956.

Source Afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier