Biodiversité : De la matière grise au service de la matière verte

Bénédicte Boissier

Biodiversité : De la matière grise au service de la matière verte

Comment conserver des variétés de blé ? Pourquoi et comment les utiliser pour répondre aux besoins des agriculteurs, des transformateurs, des consommateurs ? Des réponses furent fournies lors d'une visite du Centre de Ressources Génétiques Céréales à Paille, de l'Inra Clermont-Theix.

Du laboratoire à la serre et au champ

Reçus par des membres du Gnis (1), de l'Inra, de Céréales Vallée, des personnes venues d'horizon divers mais toutes intéressées par la biodiversité, ont écouté des exposés, visité les laboratoires et les serres de l'Inra Clermont-Theix à Crouël.
Gérard Donaty a replacé cette rencontre dans la Journée Internationale de la Diversité Biologique organisée en France. Le délégué régional du Gnis Sud Est a expliqué comment les professionnels conservent, prospectent, évaluent des semences en France « du laboratoire à la serre et aux champs. »
Michel Beckert a souligné que le Centre de Ressource Génétique de Clermont-Ferrand représente « tout ce qui se fait en France sur la recherche en céréales à paille. Il regroupe actuellement l'ensemble des collections de l'INRA dans ce domaine. C'est donc un outil exceptionnel qui permet en Auvergne, d'avoir une connaissance du génome des céréales. » Le président du centre de recherche INRA Clermont-Ferrand- Theix- Lyon s'est arrêté sur l'intérêt de cette rencontre organisée pour comprendre comment : collecter les ressources génétiques ; s'organiser pour les conserver et les entretenir sur la durée ; les connaître et les élargir pour avoir davantage de variété génétique; les valoriser au travers de l'amélioration et la création de nouvelles plantes ; savoir qui en est propriétaire.
« Aujourd'hui on remet en question la biodiversité cultivée, on dit que des plantes disparaissent. On s'interroge sur la démographie, la consommation alimentaire aussi bien en qualité qu'en quantité. En face de ces demandes, l'amélioration des plantes avec des conceptions plus adaptées peut permettre, en partie significative, de répondre à une demande de gamme de produits. »
(1)Groupement national interprofessionnel des semences et plants.

Présentation par les chercheurs des collections de blé, avoine, triticale, seigle…  dont certaines remontent au début du XIX siècle.

Présentation par les chercheurs des collections de blé, avoine, triticale, seigle… dont certaines remontent au début du XIX siècle.

Gestion et valorisation des ressources

« La biodiversité est la diversité du monde vivant. Elle concerne tout le vivant : sauvage et domestique ». François Balfourier a parlé de la domestication des plantes : « l'homme est passé de la cueillette à la culture ». Le responsable de l'équipe gestion et exploitation de la biodiversité à l'Inra a expliqué l'introduction de gènes de résistance sauvages, dans certaines espèces comme les tomates, et rappelé que « le blé d'aujourd'hui est issu d'un processus lent naturel. Dans l'espèce blé tendre, on a intérêt à conserver des espèces sauvages. Pour le maïs également. » Il a parlé du mil qui revêt une grande importance économique en Afrique. « Là aussi on a une grande diversité entre les espèces sauvages et les espèces cultivées. On doit conserver cet ensemble, ce type de ressources génétiques. »
Au rang des ressources phytogénétiques, ce chercheur a cité des variétés anciennes: carottes potagères, navets, choux, melon… et évoqué le cas des lignées pures comme les pois, les haricots verts « trop chères pour l'hybridation. »
Une visite d'ateliers et de serres a clôt cette manifestation. Un circuit au coeur de l'Inra de Crouël tout à fait passionnant, grâce aux explications calibrées pour un large public, données par des chercheurs et des chercheuses pédagogues, qui ont su intéresser les moins scientifiques.

Grégoire Berthe : « Nous avons en Auvergne une concentration de savoirs et de compétences en matière de céréales. »

Grégoire Berthe : « Nous avons en Auvergne une concentration de savoirs et de compétences en matière de céréales. »

 

« Innovation dans les Céréales »

« Nous avons monté un pôle de compétitivité en Auvergne car nous bénéficions dans cette région, d'une série de compétences dans les domaines de la Recherche, de l'Industrie, de la Formation, avec des personnes qui ont l'habitude de travailler ensemble. » Grégoire- Yves Berthe justifie pleinement la mise en place du pôle « Innovation dans les Céréales »piloté par Céréales Vallée, dont il assure la direction déléguée, et qui s'inscrit dans une compétition mondiale (pas plus d'une quinzaine de structures de ce type dans le monde).
Il précise qu'aujourd'hui (plus encore qu'hier), « nous devons être bons sur les céréales, et maîtriser en amont la production pour conserver nos industries agroalimentaires. Le Pôle fait marcher la machine encore plus vite grâce à nos projets en partenariat (2), avec la volonté de développer des opportunités en Auvergne, faire vivre notre région. On accompagne des implantations. » Déjà des réussites à l'actif de Céréales Vallée comme la fabrication de bioplastiques en Haute Loire, et dans le Puy- de- Dôme des céréales pour le petit déjeuner (en appui au Conseil Régional d'Auvergne), les pains Jacquet…
En ce qui concerne les agriculteurs, les équipes travaillent entre autre, sur l'adaptation de la conduite culturale avec la production souhaitée, sur des produits de protection des plantes à base de céréales…

(2) « BléNNat », un des derniers projets en date, va développer des produits céréaliers nutritionnellement supérieurs (partenaires : Enitac, Grands Moulins de Paris, Inra de Clermont-Ferrand et de Montpellier, Ulice, structure de recherche et de développement de Limagrain Céréales Ingrédients porteur du projet.)

Le blé a beaucoup de ressources et l'Inra recherche par exemple ses qualités boulangères grâce à des essais de cultures sous serre.

Le blé a beaucoup de ressources et l'Inra recherche par exemple ses qualités boulangères grâce à des essais de cultures sous serre.

 

Un CRG unique en France


Dans le cadre du centre de ressources génétiques céréales à paille (installé dans l'Unité Génétique, Diversité et Ecophysiologie des Céréales (GDEC) de Clermont-Ferrand- Theix), les chercheurs clermontois de l'INRA conservent et gèrent une importante collection de ressources génétiques, sous forme d'échantillons de semences. Ils réalisent l'évaluation agronomique et technologique de ces échantillons, puis une caractérisation moléculaire de leur diversité génétique. Un de leurs objectifs est la valorisation de cette diversité, par la création de nouvelles variétés.
Celle-ci passe par l'introgression, dans les variétés actuelles, de caractères d'intérêt présents dans les ressources conservées en collection. Le centre contribue ainsi à une meilleure valorisation humaine, animale et industrielle des espèces céréalières : essayer par exemple de produire des blés naturellement riches en micro nutriments dans l'alimentation humaine est un exemple concret de ce travail, que les chercheurs poursuivent en partenariat avec les semencier et les industriels dans le cadre de Céréales Vallée. (Source Communication Inra Clermont-Ferrand - Theix)

Source Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier