Blé : la France reste compétitive sur la campagne 2013/2014

MB

Blé : la France reste compétitive sur la campagne 2013/2014

Le 10 juillet 2013, s’est tenu le conseil spécialisé des céréales. A cette occasion, Olivia Le Lamer, chef de l’unité des grandes cultures chez FranceAgriMer a dressé le bilan prévisionnel des cultures pour la campagne 2013-2014.

Pour 2013-14, malgré les températures fraîches et le manque de rayonnement, aucune inquiétude majeure n’est à soulever puisque la production de blé tendre devrait s’élever à 35,9 millions de tonnes. Un chiffre toutefois « prudent » qui se base sur un rendement moyen de 71,9 q/ha. Olivia Le Lamer souligne d’ailleurs  « Les récoltes sont en retard et il y a un potentiel de hausse sur ce chiffre. Le marché travaille d'ailleurs actuellement sur des hypothèses plus hautes en termes de production ». Pour l’orge, la récolte française devrait s’établir à 10,5 millions de tonnes pour cette campagne.

Une pression baissière sur les prix devrait peut-être être observée pour les céréales à paille au début de la campagne, mais la France garde quelques atouts puisque « le prix du blé au départ de la France est aujourd'hui plus bas que la plupart de ses concurrents » explique la spécialiste. Le taux de change devrait aussi favoriser les exportations en provenance de l’Europe. En effet, la Banque centrale européenne a annoncé un prolongement des taux bas sur la monnaie tandis que la Banque fédérale américaine prendrait la décision inverse. Un choix qui devrait renforcer le dollar, face à une baisse de l’euro.

Les Etats-Unis et la mer Noire devraient donc être les principaux concurrents des origines françaises sur une partie des débouchés à l'exportation, alors que l'Argentine serait beaucoup moins présente,  « Une forte baisse de la production, passant de 13 à 10 Mt en un an, en raison de restrictions et de taxes à l'exportation », explique Olivia Le Lamer. Ce chiffre particulièrement bas est également lié à une forte baisse des surfaces de blé au profit de l’orge, du soja et du maïs.  

Enfin, pour des difficultés financières et une situation politique instable, les incertitudes sur les capacités de l'Egypte à importer ses besoins en blé sont fortes. Ainsi, les pays du golfe Persique, accompagnés par la Russie et les Etats-Unis, devraient offrir des facilités de paiement et des crédits pour les pays exportateurs de céréales, les débouchés vers l'Egypte. Sur ce dossier, la France n'aurait pas encore pris position.

Publié par MB

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires