Blé : un marché sous pression

SC

Blé : un marché sous pression

Même si le rythme des exportations vers pays tiers a rattrapé son retard par rapport à l'an dernier, la forte récolte 2015 de blé tendre français a du mal à trouver preneurs sur les marchés européens et internationaux. La crainte de stocks très importants en fin de campagne persiste.

Le bilan français en blé tendre s’est encore alourdi ce mois-ci. D’après les derniers chiffres de FranceAgriMer, les prévisions d’exportation sont en effet en baisse vers l’Union Européenne comme vers les Pays Tiers.

En Europe, les prévisions d’expéditions baisseraient de plus de 400 mille tonnes du fait notamment de la prise en compte de la concurrence des blés britanniques. La Grande-Bretagne dispose en effet d’un gros stock de blé fourrager qu’elle écoule à un prix très compétitif.

Vers les pays-tiers, les estimations de commercialisation pour cette campagne 2016/2016 sont en baisse de 200 mille tonnes, à 11,3Mt. Les marchés semblent en effet moins optimistes sur les ventes vers l’Égypte du fait notamment de la concurrence de la provenance argentine. A ce jour, 4,6 Mt de blé ont été embarqués vers pays-tiers, soit un rythme d’export identique à celui de l’an dernier à la même époque alors que la récolte est beaucoup plus importante.

Le disponible en blé tendre, non affecté, est maintenant évalué à 3,2 millions de tonnes, ce qui nous amènerai en fin de campagne à un stock de report de près de 5,8 Mt, si le rythme de commercialisation ne s’accélère pas. Il faudrait remonter à 2004 pour avoir un bilan aussi lourd.  

USDA : nouvelle hausse du stock mondial

« Il ne faut pas imputer cette situation à la rétention de la marchandise par les céréaliers » précise Rémy Haquin, président du Conseil spécialisé céréales à FranceAgriMer. Car si les agriculteurs sont attentistes, dans l’espoir de voir les prix remonter, c’est la conjoncture générale qui est responsable de ce bilan très lourd.

D’après les chiffres de l’USDA, publiés hier, les stocks de blé américains progresseraient de nouveau de 0,8 Mt à 25,6 Mt, en raison d’un recul de la demande animale. En Europe la production est encore revue en hausse sur le record de 158 Mt ce qui conduit à un stock pléthorique de 19,3 Mt en hausse de 42 % par rapport à l’an passé. Il en résulte une nouvelle hausse du stock mondial à fin juin 2016 de +2,2 Mt à 232 Mt.

« Ainsi le potentiel de rebond des cours apparaît limité en l’absence de problèmes climatiques sur la prochaine campagne. La situation n’en reste pas moins sous vigilance avec le retour du froid sur les blés US et mer Noire dans les prochains jours », analyse Agritel dans le  Services Expert Grandes Cultures de Pleinchamp.

Seul point positif pour le blé français : la forte chute des surfaces de blés américains en 2016. En effet la sole US chuterait beaucoup plus qu’attendu de -7 % à 36,6 millions d’hectares, au plus bas depuis 6 ans et proche des bas niveaux historiques de 1913.

 

Sur le même sujet

Commentaires 1

AIGLE201

quand il y a trop de lait, on diminue la production ( ou le nombre de producteurs); quand il y a trop de viande, on diminue la production ( ou le nombre de producteurs); quand il y a trop de céréales, on....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier