Campagne 2015/2016 : les céréaliers à la conquête de l’Iran et de l’Arabie Saoudite

S C

Campagne 2015/2016 : les céréaliers à la conquête de l’Iran et de l’Arabie Saoudite

Face à une récolte 2015 abondante et de qualité, la France va devoir booster ses exportations notamment vers les pays tiers. Un objectif qui passe par la reconquête de certains marchés historiques, comme l’Algérie, mais aussi par le développement des expéditions vers de nouveaux pays, notamment l’Iran et l’Arabie Saoudite, estime l’AGPB.

Avec une récolte historique de 40,4 Mt de blé tendre, la France dispose pour la campagne 2015/2016 de fortes disponibilités qu’elle va devoir écouler, pour moitié, à l’exportation en Europe et vers pays tiers.

Sur la campagne 2014/2015, c’est globalement 20Mt de blé qui ont été exportées sous forme de grains et de farine, un volume qui n’avait été atteint que l’année précédente et lors de la campagne 2010-2011. « Malgré les problèmes  qualitatifs, la filière a su s’organiser pour trouver de nouveaux débouchés», se réjouit Philippe Pinta, président de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB).

Après ce défi, les opérateurs vont devoir mettre les bouchées double pour écouler cette nouvelle récolte 2015. D’autant que le blé est globalement abondant chez tous les grands fournisseurs de blé, en particulier nos principaux concurrents que sont la Russie et l’Ukraine. Dans l’Union européenne, les producteurs, et notamment l’Allemagne, ont connu une moindre récolte d’un point de vue quantitatif et qualitatif.

Moyen-Orient, Asie du Sud et du Sud-est, Amérique latine...

Si la conjoncture mondiale ne nous est pas très favorable, les blés français partent cette année avec un atout qualitatif indéniable.  Les premiers résultats de l’enquête FranceAgrimer/Arvalis (portant sur 73% de la récolte) indiquent en effet un poids spécifique satisfaisant et un excellent temps de chute de Hagberg, critère essentiel pour la panification. En ce qui concerne le taux de protéines, 46% des blés devaient dépasser les 11%, ce qui est plutôt bien au vu des conditions climatiques rencontrées.

Pour atteindre de hauts niveaux d’exportation, la priorité de la filière est d’abord de reconquérir certains marchés historiques comme l’Algérie qui, l’an passé, a réduit de près de 45% ses achats de marchandise française du fait de problèmes qualitatifs. « Nous savons qu’il n’est pas compliqué de reconquérir un client quand il est parti" s'approvisionner à la concurrence, souligne Philippe Pinta.

La France a également pour objectif de multiplier ses expéditions vers l’Afrique sub-saharienne mais aussi vers des clients moins traditionnels notamment « l’Iran et l’Arabie Saoudite », précise Philippe Pinta. Autres destinations en vue : l’Asie du Sud et du Sud-est (Bangladesh, Thaïlande, Corée…) et l’Amérique latine (Colombie, Venezuela, Brésil...).

douanes

Exportations de blé tendre français en grain vers les pays non européens ventilées par destinations

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier