Ceéréales de Limagne : En quantité, des rendements céréaliers en baisse en Limagne

Bénédicte Boissier

Ceéréales de Limagne : En quantité, des rendements céréaliers en baisse en Limagne

Des adhérents du Geda Maringues Avenir font le point sur la dernière campagne céréalière, s'expriment sur les problèmes du moment, notamment la mise en place de la zone vulnérable sur leur secteur.(de gauche à droite : Christian Faure Président du Geda, Eric Chauffour, Jean-Luc Chabert, Christian Bicard, Pierre Boutet (animateur de la Petite Région Agricole Limagne Nord).

Des résultats très hétérogènes

« Après un printemps laborieux, les rendements s'avèrent mauvais, avec une baisse notamment en blé. » Eric Chauffour, Jean-Luc Chabert, Christian Bicard, Christian Faure du Geda Maringues Avenir expriment leur inquiétude, soulignent que « les meilleurs maïs se révèlent moins bons que les moins bons de l'an passé ! »
En effet les excès d'eau entre le 20 mai et le 10 juillet ont lourdement pénalisé certaines parcelles de Limagne, situées en terre profonde, « qui d'habitude offrent les meilleurs rendement. Dans l'ensemble sur toutes les cultures les résultats apparaissent très hétérogènes. »
Ces cultivateurs outre la chute importante des prix des céréales (de plus de moitié), font remarquer la hausse des prix des engrais, ainsi que du fioul. « Et on s'attend à une augmentation du prix des phytosanitaires. Tout cela nous conduit à gérer au plus près nos trésoreries. »

La plupart des adhérents produisent du tabac pour obtenir de  la valeur ajoutée

La plupart des adhérents produisent du tabac pour obtenir de la valeur ajoutée

Geda et Limagne

Ils rappellent que les résultats en Limagne sont au point de vue quantitatif, différents des autres régions françaises « qui sont beaucoup mieux placées. Nous avons voulu dans notre zone qui bénéficie de sols et d'un climat favorables, privilégier la qualité. Cela s'est fait sans doute un peu au détriment des performances en rendement. »
Ils se félicitent cependant d'avoir su faire évoluer leurs pratiques au fil du temps, grâce à leurs activités au sein du Geda Maringues Avenir, animé par Frédéric Moigny et Pierre Boutet de la Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme. « Ils nous donnent en toute objectivité des conseils techniques, qui, alliés avec nos propres observations au sein du groupe nous ont permis de progresser. »
Ainsi les adhérents du Geda Maringues Avenir disent mieux utiliser à présent les produits dont ils ont diminué de moitié les quantités. « Nous utilisons des pulvérisateurs bien réglés, savons fractionner les doses au meilleur moment par exemple.
Compte tenu des surfaces des exploitations, ils ont fait en sorte d'avoir des cultures avec une valeur ajoutée : presque tous font du tabac.

La Chambre d'Agriculture mène en partenariat des essais sur les Cultures Intermédiaires Piège A Nitrate (CIPAN)

La Chambre d'Agriculture mène en partenariat des essais sur les Cultures Intermédiaires Piège A Nitrate (CIPAN)

 

Zone vulnérable

Aujourd'hui ils affichent une inquiétude supplémentaire : la zone vulnérable et l'obligation de mettre en place des Cultures Intermédiaires Piège A Nitrate. « Tout ceci va entraîner des charges supplémentaires pour l'exploitation. Et on se demande comment on va organiser nos cultures après les Cipan… »
Certains pour s'adapter davantage ont ou vont s'équiper du logiciel Planfum, proposé par La Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme.

Source Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier