Céréales : de belles performances à l’export grâce à l’Égypte et l’Asie

S C

Céréales : de belles performances à l’export grâce à l’Égypte et l’Asie

Alors que la campagne 2014/2015 s’achève, FranceAgriMer revoit à la hausse les exportations de blé mais aussi d’orge. Les stocks de fin de campagne s’allègent mais restent élevés notamment en blé.

Récoltes 2015 : la situation hydrique se dégrade

Céréales : de belles performances à l’export grâce à l’Égypte et l’Asie

Les premières coupes d’orges d’hiver ont démarré au sud de la Loire et devraient suivre dans les prochains jours dans le Centre et vers le premier juillet en Picardie. La récolte de blé dur débutera, quant à elle, fin juin/début juillet en Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes, un peu plus tard en Région Centre. Pour le blé tendre, le démarrage des moissons s’étalera de début juillet pour les régions les plus au Sud à fin juillet pour celles du Nord.

Au 15 juin, pour 85% des blés les conditions de culture étaient considérées comme bonnes à très bonnes par Céré'Obs. Dans les terres superficielles, non irriguées, les conditions sèches commencent toutefois à inquiéter certains agriculteurs qui craignent une baisse de rendement, faute de pluie dans les prochains jours.

En cette fin de campagne 2014/2015, FranceAgriMer a revu à la hausse les prévisions de ventes de blé hors de l’hexagone. Celles vers les pays tiers sont ainsi portées à 11,1 Mt (+ 500.000 tonnes) en raison notamment des bonnes performances du blé français vers le marché public égyptien. 2 Mt ont été embarquées vers l’Égypte au 10 juin contre 0,2 Mt sur la campagne 2013/2014 !

Un bon score à l’export également porté par les chargements de blés fourragers vers l’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Bangladesh, Corée du Sud et Philippines).  1,2 Mt ont été embarquées au 10 juin vers ces destinations contre 0,2 Mt la campagne précédente. Les ventes égyptiennes et asiatiques de blé ont compensé le net recul de l’origine française vers le marché algérien. Les livraisons vers les pays européens sont également révisées à la hausse, en raison du dynamisme des sorties vers les Pays-Bas, l’Italie et l’Espagne.

L'orge dopé par la demande chinoise

L’orge est quant à lui dopé par la demande chinoise. Sur les 3,5 Mt d’ores et déjà embarquées vers les pays tiers au 10 juin, 2,9 Mt étaient destinées à la Chine. Au total, le stock de report de fin de campagne, devrait donc s’alléger à moins de 3 Mt (- 600Kt / prévisions de mai) pour le blé tendre et 960KT (- 340Kt) pour l’orge.

«Après la panique au moment de la moisson (du fait de la piètre qualité de la récolte. Ndl), il y a eu un gros travail de la filière pour trouver des destinations : on voit les fruits d’une filière organisée », commente Rémy Haquin, président du Conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer. A ce travail s’ajoute un effet d’aubaine lié à la parité euros dollars qui a dopé nos exportations.

« Le prix moyen payé à l’agriculteur sera toutefois mauvais compte tenu de la raréfaction liée à la moindre qualité et aux prix bas de cette campagne » poursuit-il.

Pour la prochaine campagne 2015/2016, « on s’attend à une concurrence forte en début de campagne. Il y a du stock et la destination mer Noire est très compétitive » explique Olivia Le Lamer, responsable de l'unité des grandes cultures de FranceAgriMer. Le dernier appel d’offre du Gasc égyptien, qui porte sur la prochaine campagne, a ainsi été remporté en grande majorité (360 sur 480 milles tonne) par l’origine russe et roumaine.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier