Céréales : des cultures en retard mais en bon état

S C

Céréales : des cultures en retard mais en bon état

D’après le réseau Céré’Obs de FranceAgriMer, les cultures céréalières françaises ont pris une quinzaine de jours de retard par rapport à l’an passé, mais les conditions de culture restent satisfaisantes.

Voilà 6 mois que la pluviométrie est excédentaire sur le territoire français. Cet hiver, les pluies ont été supérieures de plus de 15% à la normale, alors que les températures sont restées très fraiches dans la plupart des régions. Résultats : les cultures ont pris du retard par rapport à 2012, mais aussi 2011. Un retard lié au décalage des semis, puis des levées, mais qui s’est aggravé encore cet hiver.

Blé tendre : 19 jours de retard

Ainsi, si les semis de blé tendre d’hiver avaient en moyenne 12 jours de retard par rapport à 2012 et 15 jours pour les levées, le retard atteint  (au  1er avril) 19 jours pour le stade « épi  1 cm ». A noter toutefois que 2012 était une année particulièrement précoce et que ce décalage n’est plus que de 9 jours si l’on compare à l’année 2011.  Les situations sont très différentes suivant les régions. Si en Midi-Pyrénées aucun retard de croissance n’est visible par rapport à l’an passé, il  est particulièrement important dans la région Pays-de-Loire (20 jours)

Pour  l’orge d’hiver, le retard est également conséquent puisque le stade « épi 1 cm » a été atteint avec 18 jours de décalage  par rapport à l’an passé et  13 jours par rapport à 2011. La croissance des orges n’est d’ailleurs pas en avance par rapport à celle du blé tendre, ce qui est plutôt inhabituel.

Ces conditions climatiques ont aussi engendré  des retards d’interventions culturales dans toute la France, qu’il s’agisse  des semis pour les céréales de printemps mais aussi de  la préparation des terres pour les maïs ou encore du désherbage qui s’est fait difficilement. Aucun semis de maïs n’avait débuté au  1er avril alors que 5% des surfaces été déjà ensemencées en 2011 et 16% en 2012. Les semis d’orge de printemps sont maintenant réalisés à 97% mais les levées sont en retard d’une dizaine de jours.

Bon état des cultures

Un retard qui n’a rien d’alarmant, souligne les spécialistes de  FranceAgriMer. L’état des cultures, mesuré par ce même réseau « Céré’Obs »,  est en effet  satisfaisant. Les  conditions de culture du blé tendre sont  en effet jugées égales ou supérieures à une moyenne pluriannuelle  pour  66% des surfaces.  Un chiffre identique à celui de la campagne 2012 à la même date.  

Là encore,  des différences existent toutefois selon les régions : 84% des surfaces en Picardie sont dans un état jugé bon à très bon, contre  seulement  42% en région Centre. De même, alors que les conditions de culture se dégradent légèrement en Lorraine, elles s’améliorent  en  Poitou-Charentes.

« Du fait de ce retard, les blés ont bénéficié d’une période de tallage plus importante, donc le potentiel en épis pourrait être meilleur » explique Rémi Haquin,  président de la section céréales de FranceAgriMer et  agriculteur en Picardie. Il  précise toutefois que c’est le remplissage des grains, en  juin,  qui sera décisif pour juger de la récolte future...

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier