Céréaliers : des résultats 2013 en nette baisse

Céréaliers : des résultats 2013 en nette baisse

Les céréaliers ont répondu présents encore cette année pour le rendez-vous annuel «Commercialisation des végétaux » organisé par CERFRANCE Vendée. Un premier état des lieux des résultats économiques des céréaliers sur les années 2012 et 2013 a été fait. Xavier ROUSSELIN de FRANCEAGRIMER, analyste économique et responsable du suivi du blé dur, a complété cette présentation par une analyse détaillée du marché.Enfin, les grands principes et une approche financière sur les exploitations céréalières de la réforme de la PAC 2014-2020 ont été abordés.

Résultats prévisionnels 2013

Après une année 2012 exceptionnelle en termes de volume et de prix de vente des végétaux, la récolte 2013 avec des rendements dans la moyenne quinquennale et le retournement du marché depuis le printemps 2013 génèrent une baisse significative du chiffre d’affaires des cultures de vente.
Conjugué avec la poursuite de la hausse des charges opérationnelles (engrais, semences, frais de séchage du maïs grain principalement), la marge brute production diminue de 500 € / ha en moyenne sur la surface commercialisée. Les charges de structure ne sont pas en reste avec une progression
continue et sensible depuis 2007, marquées par des frais de mécanisation en hausse (amortissements comptables, carburants, entretien…) et une augmentation des cotisations sociales liées aux bons revenus des années 2010 à 2012. Dans ce contexte, le résultat courant par UTH en 2013 atteindrait
environ 20 000 € dans le marais et en plaine irriguée et 25 000 € en plaine non irriguée contre respectivement 69 490 €, 62 428 € et 57 279 € en 2012. Néanmoins, les revenus disponibles en trésorerie sont supérieurs compte tenu d’un niveau d’annuités bancaires inférieur aux amortissements et frais financiers cumulés du fait de l’autofinancement réalisé.

La commercialisation des végétaux

La production mondiale pèse sur les marchés mais la demande limite la chute des prix et ces derniers semblent stabilisés

Xavier ROUSSELIN de FRANCEAGRIMER a présenté son analyse du marché des céréales. Un bilan contrasté entre blé tendre et maïs. Malgré une production mondiale de blé supérieure de 50 millions de tonnes, les stocks ne remontent pas de manière significative, notamment chez les principaux
exportateurs, compte tenu de la demande. Le disponible exportable important réalisé par les pays de la mer noire devrait laisser des opportunités au blé français sur la 2ème partie de la campagne et le démarrage du mois de novembre 2013 des exportations françaises vers l’Égypte est à confirmer sur
les prochains mois.

Quant au maïs, les stocks se consolident du fait d’une production mondiale exceptionnelle, notamment chez le 1er exportateur que sont les USA avec une récolte record de 355 millions de tonne. La demande animale est présente du fait de l’attractivité du prix du maïs, notamment la demande chinoise, mais elle progresse moins que la production. D’ici la fin de campagne 2013/2014, les prix peuvent évoluer notamment au gré des récoltes sud américaines au printemps prochain (maïs et soja argentins et brésiliens) et à l’évolution des cultures de l’hémisphère nord pour la campagne 2014/2015 (blés russes fragilisés par les conditions climatiques, surface ensemencée en maïs au USA…).

Le marché des céréales reste donc dépendant des aléas climatiques mais aussi des conjonctures internationales et des évènements politiques. Pour pallier ce manque de visibilité et cette extrême volatilité des cours, les conseillers CERFRANCE peuvent accompagner leurs adhérents à connaître leurs prix d’équilibre (le prix d’équilibre est le prix à partir duquel la culture va dégager un excédent de trésorerie après avoir couvert prélèvements, remboursements et autofinancement nouveau) et prendre les décisions de vente en connaissant leur impact financier sur la trésorerie de l’entreprise.

Retrouvez plus d'infos sur : www.agriculteurs-85.fr 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier