Chrysomèle du maïs : Indemnisation améliorée en cas de rotation des cultures

B.BOUCHOT d'après AFP

Les producteurs de maïs, dont les champs sont touchés par la chrysomèle du maïs, bénéficieront d'un dédommagement plus important s'ils optent pour une rotation des cultures, a indiqué la direction générale de l'Alimentation (DGAL).

« La mesure la plus efficace est la rotation des cultures », a affirmé Pascale Briand, la nouvelle directrice générale de la DGAL, qui souhaite encourager cette pratique plutôt que celle de l'usage de pesticides, pour venir à bout de cet insecte qui grignote les racines de maïs.

Zone de sécurité : le choix entre rotation des cultures ou insecticide

Ce coléoptère s'est multiplié cette année en Alsace, le foyer aujourd'hui le plus important, mais aussi en Rhône-Alpes et tout récemment en Bourgogne. Il est aussi présent en Europe de l'Est, en Italie et en Allemagne, comme il l'a été dans les années 1990-2000 aux Etats-Unis avant que ce pays n'en finisse grâce à la rotation des cultures et l'utilisation de maïs génétiquement modifié.

Les producteurs qui se trouvent au coeur de la zone (dite « zone focus ») où l'insecte a été repéré ont l'obligation d'abandonner la culture de la céréale pendant deux ans tandis que ceux qui sont dans un périmètre plus éloigné (« zone de sécurité ») peuvent choisir entre la rotation ou l'emploi d'insecticides.

Dans les zones de sécurité, les agriculteurs qui auront opté pour la rotation seront dédommagés à hauteur de 80% de la perte de leurs revenus tandis que ceux qui auront choisi l'usage d'insecticides ne se verront rembourser que 40% des dépenses en phytosanitaires.

Un bilan sur la chrysomèle en France est attendu courant octobre. Il permettra aux « experts et professionnels de se prononcer sur les méthodes de lutte pour 2010 », a-t-on indiqué à la DGAL.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier