Colloque Inra : L'agriculture biologique bénéfique à la biodiversité

SC

L'Inra a présenté les résultats de l'expertise scientifique collective intitulée « Agriculture et biodiversité : valoriser les synergies » lors d'un colloque public à Paris le 2 juillet 2008.

Après avoir épluché articles scientifiques, rapports internationaux et documents durant un an et demi, 26 écologues, agronomes, sociologues, économiste et juristes sont arrivés à la conclusion que l'agriculture intensive sur des paysages homogènes était mauvaise pour la biodiversité.

«L'agriculture biologique est, au contraire, bénéfique à la biodiversité, laquelle rend à son tour des services» aux agriculteurs, affirme l'Inra dans ce rapport. Les «éléments semi naturels» comme les haies, les bosquets ou fossés, trop souvent disparus, permettent de sauvegarder la biodiversité. «La complexité du paysage peut atténuer les effets négatifs de l'intensification de l'agriculture» a déclaré lors de ce colloque Xavier Le Roux, de l'Inra.

Dans un paysage suffisamment diversifié, l'adoption d'un mode de production moins intensif permet de multiplier insectes pollinisateurs et ennemis naturels des ravageurs, et de compenser les pertes de productivité, explique l'Inra. Pour que cette compensation fonctionne bien, les chercheurs estiment que le pourcentage d'éléments naturels dans le paysage doit être supérieur à 30%.

De son côté, l'écologue Eric Garnier, du CNRS, a expliqué qu'après l'abandon des intrants chimiques, la biodiversité d'une parcelle pouvait être naturellement multipliée par cinq en 5 à 10 ans, mais qu'au delà, «un certain entretien est nécessaire si on veut la maintenir au même niveau ».


Source Inra

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier