Comment se présentent les semis des cultures d'hiver ?

Lise Monteillet

Après une récolte 2016 de grains inédite et sans précédent, les conditions de semis en France n’ont pas été simples. Xavier Cassedanne, expert au Crédit agricole SA, réalise un premier état des lieux de la nouvelle campagne.

Comment se sont déroulés les semis de colza ?

Xavier Cassedanne : Après une récolte 2016 de grains inédite et sans précédent, les conditions de semis des cultures d’hiver en France n’ont pas été simples.  Concernant les semis de colza, les précipitations ont été quasi absentes entre la mi-août et mi-septembre, période optimale pour les semis de colza dans la majorité des régions françaises. Certains agriculteurs disposant de l’irrigation n’ont pas hésité à avoir recours à ce moyen pour faire en sorte que le colza lève. Les pluies significatives sont arrivées vers le 15 septembre mais ne sont vraiment revenues de manière régulière que début octobre. Ainsi, malgré un contexte de prix de colza plutôt incitatifs pour les agriculteurs, de nombreuses intentions de semis n’ont pas pu être remplies et des retournements de parcelles ont même eu lieu.

En conséquence, quelles sont les prévisions de surface et de volume ?

X.C : La surface de colza est prévue en baisse de 10 % par rapport à l’année dernière, à 1,37 Mha. Cette baisse de surface et  le risque qu’une partie de ces surfaces semées soit retournée au printemps prochain si les conditions climatiques hivernales ne sont pas favorables au développement de la plante auront des conséquences négatives sur les volumes.

Et pour le blé, comment se présente la campagne ?

X.C : Pour les semis blé 2016, l’absence de précipitations en ce début d’automne a compliqué les préparations de sol, notamment dans les zones argileuses. Les premiers semis de blé ont démarré depuis la mi-octobre plutôt dans des conditions sèches. Les pluies récentes ont donc été bénéfiques pour les implantations de céréales. Au 31 octobre, FranceAgrimer estime qu’en moyenne 78% des blés étaient semés, en retard par rapport à l’année dernière où les semis étaient réalisés à 86% à la même date. 45% des blés semés sont au stade « levée » contre 57% l’an dernier.

Dans quelles régions les chantiers ne sont pas terminés ?

X.C : Certaines régions ont terminé les travaux de semis comme la Lorraine. En région Poitou-Charentes, seulement 52% des blés ont été semés. Pour cette première semaine de novembre, les derniers chantiers de semis devraient s’accélérer et profiter des pluies actuelles pour une bonne implantation. Le léger retard devrait s’atténuer.

Et chez nos concurrents ?

X.C: L'Allemagne, 2e producteur européen de colza, connaît une situation similaire à la France. L'ouest du pays est la zone la plus affectée. Le 3e producteur de l'UE, la Pologne, s'en sort mieux, grâce aux importantes pluies tombées ces derniers jours. En Ukraine, les précipitations empêchent les derniers semis de céréales d'hiver de se réaliser sur un total de 6,2 Mha, soit un léger retard par rapport à 2015. En plus, l’arrivée récente des températures froides impacte les levées des semis d’octobre. Si ce froid persiste, il est possible que le stade des blés avant l’entrée en hiver ne soit optimal et à risque. 10% des parcelles seraient concernés.

Comment réagit le marché ?

X.C : Tout devrait se jouer dans cette première quinzaine de novembre. Il faudrait regarder de près la réaction du marché face à ces éléments avant l’entrée en période hivernale où pour le moment aucune tendance ne se dessine avec précision. Entre un hiver froid et rigoureux ou un hiver doux ? Pas de réponse pour le moment. A suivre. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier