Comprendre l’histoire de la sélection française du blé

Nicole ouvrard - Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2012

Comprendre l’histoire  de la sélection  française du blé
Le blé tendre est issu d’un croisement très ancien entre un ancêtre du blé dur et une Aegilops (Aegilops tauchii). C’est dans des lignées d’Aegilops ventricosa que les sélectionneurs ont trouvé la résistance au piétin verse. © N. Ouvrard

Nos travaux de caractérisation des blés tendres nous ont permis de retracer l’histoire de la sélection française », explique le chercheur François Balfourier, directeur du Centre de Ressources génétiques à l'Inra de Clermont-Ferrand. « Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les populations de pays cultivés alors étaient issues du travail de sélection par les paysans depuis le néolithique. Dans chaque terroir, les agriculteurs ont façonné les céréales selon leurs usages et les conditions du milieu, grâce à une sélection massale. Puis intervinrent les sélectionneurs qui vont privilégier des critères bien particuliers. Le premier catalogue du blé tendre, de Vilmorin, apparaît en 1880. Les blés font alors 1,50 mètre de haut et produisent 20 à 30 quintaux/hectare.
Après la seconde guerre mondiale se développent la mécanisation et la fertilisation azotée. Pour réduire les pailles, les sélectionneurs vont chercher des gènes de nanisme en Asie et des résistances aux maladies dans Aegilops Ventricosa qu’ils vont croiser avec un petit nombre de variétés de l’époque. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier