Cours : Le blé au sommet, le maïs en profite

SC avec Agpm et Agritel

Ce sont toujours les informations portant sur la production mondiale de blé qui font l'actualité des marchés céréaliers et qui dictent l'évolution des cours du blé, comme du maïs.

En ce début de semaine, les cours du blé ont atteint des sommets, (229 euros/tonne blé tendre juillet rendu Rouen). A l'actif de cette nouvelle hausse, les chiffres record à l'exportation la semaine passée tant en Europe qu'aux États-unis. Par ailleurs, malgré les démentis officiels à répétition, la probabilité d'importation de céréales en Russie s'amplifie avec de nouvelles révisions de récolte à la baisse, analyse Agritel.

La suspension des taxes à l'import pour le blé tendre au Maroc est la preuve de l'inquiétude des pays importateurs du bassin méditerranéen.


Europe : baisse de qualité des blés allemands et anglais

Sur le marché intérieur européen c'est la poursuite des intempéries en Allemagne comme en Grande-Bretagne qui inquiète les opérateurs. La perte de qualité meunière des blés allemands et anglais semble en effet se confirmer. Les pluies estivales retardant fortement les moissons sur l'Allemagne ont pour conséquence le déclassement d'une partie importante de la collecte en blé fourrager. « Première conséquence, la France devient le principal (et presque l'unique) fournisseur de blé meunier sur le marché européen. Seconde conséquence : l'afflux de blé fourrager sur le marché européen pourrait contenir les prix du maïs » analyse l'AGPM (Association générale des producteurs de maïs) dans sa dernière lettre économique.



Maïs : bonnes perspectives de production mondiale

A la veille des récoltes, les cours du maïs poursuivent leur progression essentiellement alimentée par la hausse des prix du blé. En maïs, le CIC a confirmé la semaine dernière les très bonnes perspectives de production mondiale qui atteindrait un record à 829 Mt (contre 823 Mt estimé en juillet), notamment grâce à une performance américaine proche de celle de l'an passé. Néanmoins, des informations contradictoires circuleraient toujours à ce sujet. Selon certains observateurs, les rendements n'atteindraient pas les niveaux escomptés, et annoncent des premiers résultats décevants.

En Argentine, selon « la Bolsa de Cereales », la sole de maïs grain pourrait augmenter de 9,1 % pour les prochains semis. Cette perspective s'expliquerait essentiellement par les excellents résultats agronomiques de l'an passé. Néanmoins, la situation hydrique, surtout à l'Ouest du pays, pourrait limiter la mise en place des cultures.

France : des cultures de maïs hétérogènes

En maïs, les opérateurs restent dans l'attente d'informations plus précises sur le niveau de production 2010 du maïs français. D'après l'AGPM, les cultures sont hétérogènes en fonction des régions et des dates de semis. Les cultures pluviales de l'Ouest sont les plus touchées en raison de l'important déficit hydrique de l'année. Sur cette zone, on pourrait assister à un un transfert important de surfaces cultivées en maïs grain vers une utilisation en fourrage. Les cultures seraient, pour l'instant, correctes dans le Sud Ouest, le bassin parisien et l'Alsace.

Suivez quotidiennement les cours des céréales et les avis d'experts sur le « Service Expert grandes gultures de Pleinchamp.com ».

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires