Des médecins alertent sur les dangers des pesticides

SC avec AFP

Les médecins préconisent notamment de mettre fin aux dérogations d'épandages aériens (DR)

Près de 1.200 médecins de France métropolitaine et des Antilles ont signé un appel mettant en garde contre la dangerosité des pesticides.

"Nous ne cherchons pas à montrer du doigt une profession, mais chacun doit prendre ses responsabilités. A nous d'assumer les nôtres en alertant sur les dangers de ces produits, particulièrement pour certaines catégories de la population, ceux qui y sont le plus exposés, ainsi que les femmes enceintes et les enfants" explique le Dr Pierre-Michel Perinaud, médecin généraliste à Limoges.

L'appel a été lancé sur internet par un groupe de médecins limousins auxquels se sont associés des médecins de Martinique et de Guadeloupe, ébranlés par l'affaire du chlordécone. Le chlordécone est un pesticide qui fut employé à large échelle aux Antilles entre 1973 et 1993 avant d'être interdit mais dont la présence persistance dans les sols et rivières continue à contaminer les cultures, viandes et poissons.

« Médecins de terrain, nous avons constaté l’augmentation des maladies chroniques chez nos patients (cancers, troubles de la fertilité, mais aussi maladies neurologiques, diabète, allergies…). Nous avons aussi constaté que les preuves de la responsabilité de substances chimiques très largement répandues dans notre environnement s’accumulaient » expliquent-ils dans cet appel.  Même si les pesticides ne sont pas, selon eux, seuls en cause, ils tiennent à exprimer publiquement leur souhait que, « face aux dangers de ces produits, des politiques agricoles, économiques et de santé publique soient enfin efficacement mises en œuvre. » 

Les dangers de l’imprégnation à faibles doses

Les médecins relèvent par ailleurs que "personne ne conteste l'imprégnation générale de la population" par les pesticides "à faibles doses", ce qui "n'est pas rassurant" dans la mesure où "de nombreux pesticides sont des perturbateurs endocriniens" dont les effets ne dépendent pas de la dose, mais de la période d'exposition. Les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés d'être une des causes de la recrudescence de certains troubles comme l'infertilité, l'obésité, les pubertés précoces.

Pour protéger les populations, les médecins préconisent notamment de mettre fin aux dérogations à l'interdiction européenne des épandages aériens, notamment aux Antilles où, souligne le Dr Perinaud, les dérogations sont "beaucoup trop souples" atteignant dans certains cas "12 mois sur 12", alors même que la population est encore contaminée par le chlordécone.

L'appel invite également l’État à reconnaître de nouvelles maladies professionnelles agricoles liées aux pesticides, à mieux étiqueter les produits destinés à l'alimentation, et à confier à des laboratoires indépendants la réalisation des tests nécessaires pour l'autorisation de mise sur le marché. Il réclame enfin une meilleure prise en compte des perturbateurs endocriniens au niveau européen.

(Appel disponible sur www.alerte-medecins-pesticides.fr)

 

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 29

geo

Certains agriculteurs sont forcément dans un état de dépendance aux phytos. Mais sont-ils vraiment dans leur rôle d'agriculteur ou roulent-ils pour les firmes phytos en se comportant ainsi? Ces produits ont simplifié le quotidien de l'agriculteur qui remplit son pulvé et applique bêtement la dose prescrite par le technico. Prennent-ils le temps de remettre ces doses prescrites dans un contexte? Pourtant rien de plus simple: un tour sur le site e-phy et vous découvrirez tous les produits, les usages courants et leur dose homologuée. Ce geste simple constitue une prise de conscience à minima. Il est possible de sortir progressivement de cette routine et l'avenir de l'agriculture passera par une moins grande dépendance à ces produits en limitant les risques d'adventices et en utilisant la technologie au service de l'agronomie.

@gigi45

pour que le debat soit juste je vous invite a ecouter et boire les paroles de l'UIPP , pour certains paysans les pesticides sont leur saitn graal , la cocaine dont ils ne peuvent plus se passer quitte a en crever comme ds bcp de service cancerologie
quand a jean comme le dit si bien Narthex , si quelqu'un rejete des saletés alors le paysans le peu lui aussi , dibale et direque l'on parle de bon sens paysan et de gens proche de la nature certains n'ont pas du y mettre les pieds et l'observer depuiss bien longtemps
le probleme de l'escoclogie comme le dit jean (la deformation d'un nom c'est un procedé tres couramment utilisé en rhetorique pour decredibiliser les intercoluteurs, mais souvent utilisé par des gens a cours d'argument et au raisonnement bien inferieur aux autres) c'est de souvent avoir raison bien avant les autres il suffit de regarder leur preconisation 30ans avant aujourd'hui pour se rendre qu'ils avaient des idées avant gardistes ( pas toutes evidemment)

c.geoff61

Je pense qu'il faudrait retourner à l'essentiel, la santé des agriculteurs et de leurs familles, ce sont eux qui sont en première ligne et qui payent les pots cassés

2469

C'est évident et compréhensible que l'on ne peut changer ses pratiques du jour au lendemain. Ceci étant, nous avons la possibilité de travailler avec des moyens modernes (et la technologie va avoir un role important en ce sens) pour produire des aliments réellement sains.Il faut un réel changement et que les agris soient aidés techniquement et financièrement; on ne doit pas attendre que cela vienne d'une simple volonté politique. chacun est responsable de l'avenir des générations futures.Il est possible de produire "moins" et mieux : 1 MILLARD de TONNES d'aliment est gaspillés à l'échelon mondiale pour un cout d'environ de 750 millard de dollards (étude de la FAO ) et soit 20 kg par personnes en France.C'est possible de changer les choses.Produire des tomates,(épinard que les gosses rafolent à la cantine)ou autres qui n'ont aucun gout,qui nuisent a la santé et qui ne rémunère PAS DU TOUT le producteur qui fait son travail avec peine,moi je dis et redis que l'on doit tous si mettre pour que chacun puisse vivre dignement et en bonne santé et dans un monde plus solidaire hors de l'individualisme ambiant...! bonne journée à tous

gigi45

suite :
pour ceux qui n'aime pas forumphyto, je propose le site de l'AFIS = association française pour l'information scientifique. Vous me direz si vous trouvez un conflit d'intérêt !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier