Des pertes de blé estimées à plus de 330.000 ha

Elodie Saint-Marc avec ODA

Des pertes de blé estimées à plus de 330.000 ha

Après une vague de froid sévère cet hiver et un niveau inférieur à la normale pour 80% des nappes phréatiques, les conditions climatiques affectent déjà les cultures en France avec des pertes en de superficie mais aussi une fragilisation des cultures.

En France, Offre & Demande Agricole estime à 330.000 ha de perte de blé tendre ce qui représente une surface totale de 4,8 Mha soit une perte de plus de 5% de la surface semée en 2012 (5 Mha en 2011) pour l’hexagone incluant les 60.000 ha ressemés ces dernières semaines.  Les cultures sont fragilisées avec une diminution nette de la densité.

Concernant l’orge d’hiver, la perte est estimée à 130.000 ha à ce jour, soit plus de 10% de la surface, ce qui a entrainé de nouveaux semis d’orge de printemps avec une augmentation de 260.000 ha. Le maïs suit quant à lui une augmentation de 60.000 ha.

On observe également un déficit de précipitations en France,Allemagne, Italie, au sud- est de la Pologne et dans une moindre mesure en Ukraine.  Du 1er janvier au 27mars la France, l’Allemagne et l’Angleterre ont vu un rapport à la normale (sur les 5 dernières années)  des précipitations estimé entre -30 et -40%.

Au total, Offre & Demande Agricole estime la production de blé tendre en Europe à 126,7 Mt contre 133 Mt il y a 2 mois.

En ce tout début de campagne pour le maïs, les assolements américains sont surveillés de près. En effet malgré un ratio soja/maïs qui s’est apprécié, le mouvement n’était jusqu’à présent pas assez fort pour modifier les prévisions d’emblavements. Il faudrait une forte hausse du prix du soja pour que ce dernier gagne de nouvelles superficies.

Également amputée, la production européenne de colza ne devrait pas progresser par rapport à l’année dernière (environ 19 Mt). Avec sa capacité de trituration de 23 Mt, l’Europe va devoir opérer d’importantes importations en provenance d’Ukraine et d’Australie. Au regard de la situation tendue du contexte oléagineux mondial, ODA s'attend à une hausse significative.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier