Des tournesols tolérants à un herbicide efficace contre l'ambroisie détruits par des faucheurs d'OGM

Nicole Ouvrard. Réussir Grandes Cultures Octobre 2011

Présence d'ambroisie en bordure d'un champ de tournesols.
Pour lutter contre l’ambroisie, les tournesols Clearfield et Express Sun permettent d’appliquer un herbicide efficace contre cette peste végétale allergisante. (Chambre d'agriculture de l'Isère)

Les nouveaux arrachages de tournesol tolérant à un herbicide,durant l'été 2011, ont engendré de vives réactions des élus de Rhône-Alpes engagés dans la lutte contre l’ambroisie.

C et été, des tournesols tolérants à un herbicide ont fait l’objet de plusieurs arrachages : fin juillet à Feyzin dans le Rhône, fin août à Saint-Martin-d’Août dans la Drôme et le 7 septembre à Ondes en Haute-Garonne. En détruisant ce qu’ils appellent des « OGM cachés », les faucheurs ont provoqué la colère des élus locaux. La parcelle détruite dans la Drôme avait été présentée peu avant par le Cetiom dans le cadre du « comité parlementaire de suivi du risque ambroisie » pour montrer l’intérêt de ce moyen de lutte contre l’ambroisie. Cette plante invasive est considérée comme un problème de santé publique majeur du fait de son pouvoir allergisant très élevé : 10 à 12 % de la population de Rhône-Alpes est affectée. « Devant tous les moyens publics mis en œuvre pour soutenir les intérêts privés d’entreprises agrochimiques, il ne nous reste que nos bras de citoyens pour résister à ce rouleau compresseur dont la seule finalité est le profit, au détriment du bien commun et de l’intérêt général », déclaraient les faucheurs volontaires dans leur lettre ouverte à l’exploitant de la parcelle.

Proposition de loi

« Acte incompréhensible », « destruction irresponsable », « obscurantisme ». Jacques Remiller, député-maire de Vienne et l’un des initiateurs du comité, ne mâche pas ses mots. Il insiste sur la mobilisation extrême de tous les acteurs locaux dans la Drôme, département le plus touché, et considère que « les faucheurs devront s’expliquer auprès des personnes allergiques ». Pour l’heure, une proposition de loi vient d’être déposée. Elle vise à sensibiliser les différents acteurs (collectivités locales, monde agricole, jardiniers amateurs et grand public) sur tout le territoire, coordonner leurs actions et se doter de moyens de lutte. p Nicole Ouvrard

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier