Du travail pour les trieurs à façon de semences de ferme

Christian Gloria - Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2012

Du travail pour les trieurs à façon de semences de ferme
Les entreprises adhérentes du Staff assurent le triage à façon de 120 000 tonnes de semences par an. © Cap Semences

Le syndicat des trieurs à façon (Staff) ne chôme pas. « Le nombre d’adhérents augmente au Staff pour atteindre 40 en 2011. Une étude(1) montre que ces entreprises enregistrent, en grande majorité, une augmentation ou une stabilité de leurs activités.
La part des semences triées et préparées par nos sociétés est en hausse », analyse Sylvain Ducroquet, président du Staff. En France, il y a 950 000 tonnes de semences dont 42 % sont autoproduites. Dans ces 400 000 tonnes de semences de ferme, 50 % sont aujourd’hui triées par des professionnels (négoces, coopératives, trieurs spécialisés) et les adhérents du Staff en gèrent 120 000 tonnes, selon l’étude. Sylvain Ducroquet note « une professionnalisation du métier au travers de la modernisation des équipements et de l’application de normes drastiques ». À ce titre, il est désireux de voir intégrer les professionnels du triage à façon dans l’interprofession semencière. Il note l’absence de signature du décret d’application de la loi sur le COV votée pourtant fin 2011 par le Parlement. « Si les partenaires des semences de ferme n’avaient pas été mis en dehors des discussions sur la loi, nous n’en serions peut-être pas là aujourd’hui, remarque le président du Staff. Nous voulons la représentation de notre filière. À notre sens, l’interprofession ne rassemble que 50 % des professionnels de la semence actuellement. »

(1) Enquête réalisée par l’agence DFI & Columnae.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier