Environnement : Bruxelles va examiner les effets indirects des biocarburants

Gabriel Omnès

La Commission européenne va conduire une analyse pour évaluer les effets indirects de la culture des agrocarburants sur les changements d'affectation des sols.

La Commission européenne a décidé de placer les biocarburants sous haute surveillance environnementale. Bruxelles a publié fin décembre un rapport portant sur les changements indirects de l'affectation des sols en relation avec la demande en agrocarburants. L'idée est de s'assurer que le développement des cultures énergétiques ne génère pas un effet domino, dégradant in fine le bilan positif des biocarburants vis-à-vis de l'émission de gaz à effet de serre. « Il nous faut veiller à ce que les biocarburants que nous promouvons entraînent de réelles réductions d'émissions de GES, a expliqué Connie Hedegaard, commissaire chargée de l'action en faveur du climat. Nous avons défini des critères de durabilité robustes pour la production de ces biocarburants, mais nous ne devons pas négliger les effets indésirables qu'ils pourraient entraîner à l'échelle planétaire du fait de la demande ainsi créée. »

Les filières biocarburants doivent préserver les terres à haute valeur de biodiversité. (B. Compagnon)

Les filières biocarburants doivent préserver les terres à haute valeur de biodiversité. (B. Compagnon)

Actions législatives possibles

Le rapport fait le point sur les éléments disponibles et souligne la difficulté de disposer de données scientifiquement fiables. Une analyse approfondie des approches envisageables sera présentée au plus tard en juillet 2011. Elle pourrait déboucher sur des actions législatives, comme un renforcement de la directive définissant les critères de durabilité imposés aux filières biocarburants. Pour que ces derniers soient comptabilisés dans les objectifs énergétiques de l'UE et puissent bénéficier d'aides fiscales, ils doivent être issus d'une filière démontrant sa contribution à la diminution des émissions de GES, et préservant les terres à haute valeur de biodiversité.

Source Réussir Grandes Cultures Février 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier