Faut-il acidifier les bouilles phytosanitaires ?

Benoît MOUREAUX

Faut-il acidifier les bouilles phytosanitaires ?

Suite à des baisses d’efficacité au champ, certains agriculteurs se sont posés la question de l’effet du pH sur les sulfonylurées. Lise Gautellier Vizioz, spécialiste en gestion des adventices chez ARVALIS - Institut du végétal, rappelle les résultats issus de différents essais.

Perspectives Agricoles : La baisse d’efficacité parfois observée avec les sulfonylurées est-elle liée au pH de la bouille ?

Lise Gautellier Vizioz : Que ce soit avec les sulfonylurées, le MCPA ou encore le clodinafop, les résultats des expérimentations menées par ARVALIS n’ont pas montré, dans les conditions habituelles d’utilisation, d’influence significative du pH sur l’efficacité de ces substances actives. Globalement les résultats se sont révélés neutres avec le clodinafop et plutôt défavorables, avec des pertes d’efficacité, pour le MCPA. Les sulfonylurées antigraminées ont été testées à pH acide (3), légèrement acide (6) ou basique (10), par ajout d’acide citrique ou de soude. L’herbicide utilisé était la nouvelle formulation OD de l’Archipel à pleine dose ou à 60 % (1 l et 0.6 l) avec un litre d’Actirob B et un litre d’Actimum. Avec des variations d’efficacités non significatives, parfois en faveur du pH basique, parfois en faveur du pH acide, les résultats de ces essais n’ont pas mis en évidence d’influence de l’acidification sur l’efficacité des sulfonylurées.

P.A. : Quelles conséquences faut-il attendre d’une baisse de pH ?

L. G. V. : Si la modification du pH de la bouillie n’est pas toujours impactante sur l’efficacité des produits, en revanche, la stabilité des substances actives peut être affectée. Ainsi, les sulfonylurées ont des comportements différents à pH basique ou acide : le flupyrsulfuron est dégradé à pH acide et basique. Le metsulfuron est, quant à lui, dégradé uniquement à pH acide. Il a été constaté que la demi-vie de l’Allié, c’est-à-dire le temps nécessaire à la dégradation de la moitié de la substance, est de 24 heures à pH 7 (neutre) et de 5 heures à pH 2 (très acide). Les iodo-méso sont également dégradées à pH acide. De plus, en milieu aqueux, le pont sulfonylurée est sujet à hydrolyse et en diminuant le pH, la dégradation par hydrolyse s’accélère. Face à ces éléments, il convient donc d’être prudent et de s’abstenir de modifier les caractéristiques de pH de la bouillie, au risque de ne plus les appliquer à des doses souhaitées et des formes efficaces. La formulation des produits a été adaptée en vue d’obtenir la meilleure stabilité dans les conditions habituelles d’utilisation des bouilles.

P.A. : Qu’en est-il avec le glyphosate ?

L. G. V. : Certains agriculteurs ont constaté que l’ajout d’acide sulfurique ou phosphorique semble améliorer l’efficacité du glyphosate. Cependant, l’ajout d’acides nitrique ou chlorhydrique n’a aucune incidence bien qu’ils diminuent également le pH. L’effet constaté ne provient pas de la baisse de pH mais de l’apport d’ions sulfate et phosphate qui précipitent le calcium et forment des sels peu solubles dans l’eau, en abaissant la dureté de l’eau. D’ailleurs, en présence d’eau douce, les performances du glyphosate ne sont pas améliorées par l’ajout d’acide sulfurique ou tout autre acide. Pour modifier la dureté de l’eau, en vue d’une meilleure efficacité du glyphosate qui y est sensible, il convient d’utiliser du sulfate d’ammonium, bien moins agressif pour le matériel et moins dangereux que les acides. En cas d’utilisation des eaux de pluie pour la préparation des bouillies, il faut veiller aux conditions de stockage de ces eaux et éviter les cuves de stockage en béton armé ou en acier car l’eau pourrait se charger en fer qui forme un sel insoluble avec le glyphosate.

Pour vous abonner, rendez-vous sur www.perspectives-agricoles.com 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier