Folie des marchés : Cap sur la rentabilité

Dossier coordonné par Gabriel Omnès

La nervosité sur le marché des matières premières agricoles est palpable. Et si vendre mieux n'était pas toujours compatible avec vendre bien ?

Il y a eu l'avant 2007. Une époque où, en Europe, les dispositifs de la PAC maintenaient les prix dans un étroit tunnel à la pente baissière. L'enjeu de la rentabilité n'était pas tant de bien vendre que de maîtriser ses charges. Le démantèlement des outils de régulation a progressivement reconnecté le marché communautaire au reste du monde. Au milieu des années 2000, la contagion était devenue possible : les sautes d'humeur des cours à un bout de la planète pouvaient se propager sur les places européennes. Dans le même temps, la galaxie des matières premières agricoles était gagnée par une nervosité entretenue par une course de fond entre l'offre et la demande, la première peinant à tenir le rythme de la seconde. L'explosion a eu lieu en 2007. Cette flambée des cours marquait symboliquement l'entrée dans l'ère de la volatilité. Beaucoup d'agriculteurs se sont alors lancés en quête d'un nouveau Graal : vendre au plus haut. Dépassé, le prix moyen proposé par la coopérative. Place au prix ferme, aux marchés à terme et à leur cortège d'options. Sauf que. Sauf que l'euphorie est belle et bien retombée. En l'espace de trois campagnes, les exploitants ont découvert la complexité d'anticiper un marché devenu fou, sensible au moindre sursaut des taux de change comme aux errements du baril de pétrole. Le mieux est l'ennemi du bien, dit-on. Et si vendre mieux n'était pas toujours compatible avec vendre bien ? La tempête des marchés semble devoir agiter pour longtemps les cours des céréales, mais aussi le prix des intrants. On ne navigue pas sur une mer déchaînée comme sur un lac, et il faudra profiter du haut de la vague pour se préparer à passer le creux qui suivra. Comment se doter de bouées de sauvetage pour éviter le grand plongeon ? Comment conserver son autonomie pour rester seul capitaine à bord ? Ce dossier propose quelques pistes explorées par des experts et par des agriculteurs.

2007. La galaxie des matières premières agricoles entre dans l'ère de la volatilité. En 3 campagnes, les exploitants vont découvrir la complexité d'anticiper un marché devenu fou. (P. Cronenberger)

2007. La galaxie des matières premières agricoles entre dans l'ère de la volatilité. En 3 campagnes, les exploitants vont découvrir la complexité d'anticiper un marché devenu fou. (P. Cronenberger)

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Grandes Cultures de juin 2011. RGC n°248, p. 78 à 89.

Source Réussir Grandes Cultures Juin 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier