Foncier agricole : La hausse du prix des terres se poursuit

Gabriel Omnès

C'est désormais les achats des professionnels agricoles qui tirent le prix des terres vers le haut, tandis que le prix d'acquisition des non-agriculteurs recule.

« En 2008, le prix des terres agricoles a continué à augmenter pour atteindre le prix moyen de 5170 euros l'hectare, et ce sont désormais les agriculteurs qui tirent le marché », soulignait André Thévenot, président de la Fédération nationale des Safer (FNSafer) lors d'un récent point presse.
L'élément marquant de l'année passée réside dans l'accélération de la hausse des prix payés par les exploitants agricoles, quand ceux consentis par les non-agriculteurs poursuivent leur baisse. En 2005, ces derniers avaient payé près de 2000 euros de plus que les acteurs du monde agricole pour acquérir un hectare de terrain. En 2008, la différence a été divisée par dix.

Plus de 5000 euros l'hectare

Les professionnels agricoles ont déboursé en moyenne 5110 euros par hectare (+ 12 % par rapport à 2007), passant ainsi pour la première fois la barre des 5000 euros, alors que le prix moyen payé par les non agriculteurs reculait à 5330 euros. Cette convergence est liée à l'influence de la hausse des revenus agricoles en 2007 et début 2008 d'un côté, tandis que de l'autre la crise a réduit les capacités de financement des autres opérateurs.
Malgré cette hausse, la France reste l'un des pays européens où la terre est la moins chère. Pour les exploitations de grandes cultures, « le prix des terres était descendu en 2007 à 5,5 années de résultat brut agricole. En 2008, il correspond à nouveau à 7 années de résultat économique », précise la FNSafer. Au Danemark, il faut en moyenne 20 ans d'activité pour rembourser un hectare de terre, tous secteurs confondus.

 

Source Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier