Frédéric Piot, un céréalier qui voulait devenir éleveur

Lise Monteillet

En Seine-et-Marne, Frédéric Piot fait prendre un virage à 180 degrés à son exploitation, jusque là conduite de manière conventionnelle. Il s'est converti en bio en mai 2015 et il vient d'accueillir sur sa ferme ses premières vaches.

Sur le même sujet

Commentaires 8

BOULEAU3748

bonjour, des vaches qui polluent ??? on marche sur la tete !!!!! je pense que ce qui polluent le plus ce sont les produits phyto, la diminution des forets qui avant absorbaient plus de co2 et... c est l industrie industrielle qui tue l homme revenons a la vraie agriculture celle de nos grands parents eux au moins ne travaillaient pas pour payer leurs gros tracteurs et materiels qui brillent , ils faut diminue le gaspillage'(nous consommons trop de viande par jour....) et retourner vers l elevage extensif et les moyennes exploitations ...il faut repenser la vie de l homme et sa sante car certains ne voyent que leurs interets financiers pur sans penser a leur enfants et petits enfants...proteger la nature c est proteger l homme

@elevaub12

les quelques collegues allaitant qui font du bio qui etaient 100% cerealier et qui font du bio maintenant sont ravi d'avoir des vaches allaitantes ca fait moins de boulot et de risques; ils trouvent ca bien moins penible que d'etre cerealier

elevaub12

Il a de la chance d'avoir une ferme plate,grande et facile . Pourquoi aller s'emmerder avec des vaches qui représentent du travail 365 jours /an et 7/7 j pour valorisation horaire a 2-3 euro de l'heure ! Adieux tranquillité et liberté . Chez nous cela fait fuir les conjointes de cette vie donc un éloignement économique et social du reste de la société, c'est ce qui attend le fils qui doit revenir sur sa ferme ! Il ne sait pas la veine qu'il a d'être céréalier : si ça marche pas , il peut partir travailler dehors ! Quand il aura les bêtes , ça ne sera plus possible . Il a justa la chance d'être près d' une grande ville pour la vente directe mais ça ne se fait pas tout seul !!

@crash38

C est triste d en arriver à ce point d aigreur , faut penser reconversions , autres metiers

CHABLE533

Merci pour ce témoignage nous ne l'aurions pas vu il y a encore 5 ans, pour beaucoup une utopie voir de la jalousie mais tout de même, une chose est sûr la polyculture élevage est bien un gage de sécurité. Cela fait plaisir de voir des céréales et protéagineux avec des poules au milieu cela rassurera peut être Crash 38.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier