Glyphosate: la France "autorisée" à prendre des mesures d'interdiction (Commission)

AFP

parcelles traitée au glyphosate.

La France peut "absolument" interdire sur son territoire les produits contenant du glyphosate, a déclaré jeudi à l'AFP le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, interrogé sur la promesse d'Emmanuel Macron de bannir la substance "au plus tard dans trois ans".

Le chef d'Etat français a déclaré lundi que l'utilisation de l'herbicide controversé serait interdite en France "dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans", alors qu'un vote des Etats membres de l'UE venait d'approuver une nouvelle autorisation pour cinq ans.

Interrogé sur la compatibilité de l'engagement de M. Macron avec la législation européenne, M. Andriukaitis a répondu par l'affirmative. "Absolument, c'est autorisé", a-t-il dit lors d'un entretien avec l'AFP. "L'autorisation des produits contenant du glyphosate est dans les mains des Etats membres", a-t-il expliqué, soulignant que le renouvellement de la licence de la substance au niveau européen, en faveur duquel la Commission avait plaidé, n'impliquait pas une autorisation des produits fabriqués à base de glyphosate.

"Savez-vous combien de produits à base de glyphosate sont autorisés en France? Environ 700, vous imaginez!", a-t-il ajouté. "Si les autorités françaises décident de retirer tous ces produits, qu'elles le fassent! Cela ne relève pas de la Commission européenne", a insisté M. Andriukaitis. Le commissaire européen, chargé de la Santé et de la Sécurité alimentaire, a par ailleurs justifié le fait que la Commission ait proposé un renouvellement de l'autorisation du glyphosate, parce qu'il "n'y a aucune preuve qu'il provoque des cancers".

Les débats autour du glyphosate, herbicide le plus vendu au monde, sont intenses depuis le classement de la substance comme "cancérogène probable" en mai 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (un organe de l'OMS). La Commission s'est de son côté appuyée sur le feu vert des agences scientifiques européennes, l'Efsa et l'Echa (sécurité alimentaire et produits chimiques), qui n'ont pas classé la substance comme cancérogène, sur la base d'autres études.

Pour en savoir plus, lisez notre dossier : le feuilleton du glyphosate

Sur le même sujet

Commentaires 9

coccinelle

encore les lobbies qui décide a quand des politiques courageux pour interdire tous ces produits dangereux cela fait des millénaire que les agriculteurs nourrisse le monde et sans c'est produit! qui eut sont utilisé que depuis un cinquantaine années !

Colère

Tout à fait OK 1584 , en Allemagne c'est le ministre de l'environnement qui avale une couleuvre ( Au moins en façade : comme pour les 35 heures il y a quelques années , ils doivent bien se marrer de nous voir nous tirer des balles dans le pied !)
En France c'est le ministre de l'agriculture qui les avale sans broncher
Encore un petit effort et il n'y a plus de ministère de l'agriculture ...

alain89

Mr Macron est un jeune loup trop sûr de lui.
A part, flatter les investisseurs chinois.
nous, agriculteurs, nous sommes dans une colère profonde, intense devant une décision si imbécile.
nous devrions baisser les bras et que nos décideurs aillent au diable, avec leurs entraves qu'ils fassent le boulot, ils changeraient d'avis

Jeff

Fatigué de ces mesures sans nous ecouter ! Je croyais que l’on devait avoir ni plus ni moins que les normes européenes ? Perdu pour nous !!!!

bou21

Y a une volonté claire de détruire l agriculture française, comme les autres gouvernement l'on fait pour l'industrie ca fait plus de 30 ans que ca dure .y'a que pour le tourisme ,mais sachez que si les agriculteurs ne sont plus là pour façonner le paysage ,les touristes étrangers ne viendront pas non plus ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires