Groupement d'agriculteurs : Travail et réflexion de terrain pour les adhérents du Geda du Buron

Bénédicte Boissier

Groupement d'agriculteurs : Travail et réflexion de terrain pour les adhérents du Geda du Buron

Le Geda du Buron créé par des agriculteurs, permet à ses adhérents de bénéficier de conseils adaptés à la conduite de leurs exploitations, et de s'informer des évolutions de leur profession.:(de gauche à droite Philippe Tixier, Guillaume Meunier, Pierre Boutet).

Un besoin d'information

« Le Geda de Maringues ne pouvant accueillir plus d'adhérents, nous avons décidés à plusieurs agriculteurs du canton de Randan, de monter un autre Geda. » Philippe Tixier, l'actuel président, relate la genèse du groupement qui fonctionne efficacement depuis 12 ans.
« Créer un Geda émanait directement d'une demande des agriculteurs du secteur. Nous avions besoin de connaître davantage les techniques culturales, de bénéficier d'un suivi technique. Tout ceci pour avancer plus vite et mieux sur nos exploitations. »
Ils ont ainsi au fil des années, par exemple sur le blé, évolué sur la protection des cultures, la fertilisation azotée, l'utilisation de la méthode Jubil… « On souhaite utiliser efficacement les outils mis à notre disposition, et évoluer correctement face à la conjoncture. » Certaines techniques comme le semis direct n'ont pas trouvé preneur, « mais c'était intéressant de l'examiner. »

Questions pratiques et théoriques

Frédéric Moigny de la Chambre d'Agriculture du Puy- de- Dôme, leur apporte le suivi nécessaire, assure les tours de plaines (une huitaine entre fin février et début mai) sur un secteur relativement étendu. « Il nous envoie des avertissements agricoles par SMS, un service très utile et apprécié. » Pierre Boutet animateur à la Pra Limagne Nord, les appuie dans leur fonctionnement et l'organisation de réunions statutaires ou techniques. « Leurs interventions nous sont vraiment profitables. »
Outre leur assemblée générale durant laquelle un spécialiste intervient sur des sujets d'actualité (incidence du Grenelle de l'Environnement, le marché mondial des céréales et sa conjoncture…), les adhérents assistent à des réunions techniques en fin d'année, dans une salle prêtée, le Geda l'en remercie, par la municipalité de Randan. « C'est l'occasion de faire le point sur les récoltes, le cours des marchés, le choix des variétés pour les semis de blé… Nous regardons également les nouveaux produits en prévision des commandes phytosanitaires. » Les projets : faire venir des vendeurs de G P. S. et visiter le CEMAGREF.

 

Une année moyenne

Au moment de l'interview début août, les adhérents du Geda pressentaient des bilans culturaux moyens : « les rendements en blé comme on le prévoyait sont décevant, comme l'an passé, à cause de l'abondance des précipitations quand il ne fallait pas, à la floraison du blé. Et nous sommes les seuls touchés en France.
Les résultats sont hétérogènes sur maïs, à cause ici aussi de l'excès d'eau, à l'époque où le maïs était jeune. Pour les betteraves c'est pareil d'autant plus qu'il a fallu re-semer plus du tiers. Ce sera une année bien moyenne. Comme dit le l'adage : le mois de mai fait ou défait. » Une situation confirmée à ce jour (voir Auvergne Agricole du 23 août).

 

Geda et JA

Installé en 2001, Guillaume Meunier a adhéré au Geda du Buron dès l'année suivante. Il en assure aujourd'hui le secrétariat. « Je ne m'en passerais plus ! Les mises au point techniques, les réunions, sont efficaces. Notre métier évolue. Il existe une grande différence entre ce qu'on nous apprend à l'école et les réalités du terrain. D'où l'intérêt de voir ce qui se passe sur des parcelles par exemple au niveau du choix des variétés. » Ce jeune agriculteur précise qu'au delà de cet apport technique, il apprécie de bénéficier au sein du Geda de l'expérience d'agriculteurs plus âgés, et de « pouvoir discuter avec des gens qui ont les mêmes préoccupations que moi. »

Le Geda du Buron

35 adhérents qui versent une cotisation annuelle.
17 administrateurs
Président : Philippe Tixier. Installé en 1988, il cultive le blé, l'orge, de tournesols le maïs consommation, la betterave et le colza et élève des vaches charolaises sur 10 ha de prairies naturelles.
Trésorier : Philippe Chanier
Secrétaire : Guillaume Meunier
Vice présidents : Jean-Luc Seguin et Christian Charrier

Source Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier