Incorporation de 3,85% de biodiesel dans le gazole non routier

S. C.

Incorporation de 3,85% de biodiesel dans le gazole non routier

Le 17 décembre, l’Assemblée nationale a définitivement adopté le projet de loi de finances rectificative pour 2015. Celui-ci comprend un amendement rendant obligatoire à compter du 1er janvier 2016 l’incorporation de 3,85 % de biodiesel dans le GNR. Ce taux devrait passer à 7,7% en 2017.

Par la voie de la FOP, les producteurs d’oléoprotéagineux estiment qu’il s’agit d’une mesure importante qui devrait permettre de consolider un de leur débouché essentiel alors que le contexte est particulièrement difficile : hausse des coûts de production, baisse du revenu, pression règlementaire, etc. La FOP ajoute qu’elle restera vigilante pour que le taux de 7,7% soit appliqué en 2017, conformément à ce qui a été annoncé au cours des débats parlementaires.  

« Remplacer du carburant fossile par des énergies renouvelables est également une mesure de bon sens, qui rappelle à l’occasion de la COP21 que l’agriculture n’est pas un problème mais une solution » expliquent-ils dans un communiqué. « Nous nous réjouissons de cette mesure, a déclaré Gérard Tubéry, président de la FOP. Nous ne baisserons toutefois pas la garde devant le projet de reconversion du site de La Mède en bioraffinerie, auquel nous continuons de nous opposer. » .  

Le groupe Total a en effet annoncé en avril dernier la reconversion de l’activité de raffinage de pétrole brut du site de La Mède (Bouches-du-Rhône) vers la production de biocarburant à base de coproduits et d’huiles végétales, dont une part importante serait issue d’huile de palme importée. D’après Esterifrance*, cette reconversion devrait conduire, dès 2017, à une augmentation de capacité du marché de 25 %.

Esterifrance salue par ailleurs l’adoption d’un autre amendement portant sur le renforcement de la traçabilité de certains résidus et déchets utilisés pour produire du biocarburant bénéficiant d'un double comptage fiscal pour le calcul de la TGAP : les esters méthyliques d'huile animale (EMHA C1-C2) et les esters méthyliques d'huiles usagées (EMHU) entre autres. « L’adoption de cet amendement devrait permettre de garantir la qualité, la nature ou la quantité de ces biocarburants » estiment-ils.

 

* Esterifrance est le syndicat des producteurs d’esters méthyliques d’huiles végétales, de graisses animales et d’huiles usagées. Il regroupe notamment les sociétés Centre Ouest Céréales, Ineos Champlor, Nord-Ester, Saipol (groupe Avril) et SARPI Biocarburant.

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 7

CLOCHE215

Bravo l'agriculture, nous assurons la survie de TOTAL et de bien d'autres. aurons-nous des dividentes en 2016 ???

aaaa

c'est conceptuel de brûler du carburant pour importer une matière servant à en fabriquer... Ce serait peut être une bonne occasion pour qu'écologistes éclairés et agriculteurs lutent côte à côte?

BILAN585

Le pire dans tout ça c’est que nous eleveur en utilisant au quotidien notre tracteur on participe à l'enrichissement de "maître "Beulin! Qui préfère dabord défendre ses intérêts avant ceux des éleveurs ! Que de degout et de révolte!

aaaa

enfin un combat gagné pour x.beulin !!!! après avoir tout tenté pour sauver l'élevage (qu'il soit ovin, bovin ou porcin) voila que discrètement, un 17 décembre, le fruit d'un lobbying que l'on ne soupçonnait pas porte ses fruits. Éleveurs retenons la leçon : plus tu défileras et plus d'ennuis tu auras, Xavier tu suivra et de problème tu n'auras !!!!! quel dommage qu'il ne soit pas éleveur....

dob

c'est plutôt (aussi?) la société avril (ex sofiproteol) qui va être comptante. Merci Xavier Beulin pour ce belle démonstration de démocratie... une poignée de main et à nous les millions...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier