Industrie de première transformation : Soufflet ouvre une deuxième malterie à Nogent-sur-Seine

Nicole Ouvrard

Le groupe Soufflet a inauguré sa nouvelle malterie dans l'Aube. « Nogent 2 » est capable de transformer 550 tonnes d'orge de brasserie en un seul lot, un record mondial.

La nouvelle unité est installée à proximité du siège historique de l'entreprise Soufflet. Elle fonctionne depuis janvier dernier. Sa capacité de production de 165 000 tonnes vient s'ajouter aux 72 000 tonnes de capacité de la première usine. L'ensemble des installations a été étudié pour obtenir un réel bénéfice en termes d'économie d'énergie (- 20 %) et d'eau (- 30 %), grâce à la première phase de trempe dans les cinq tours cylindro-coniques.

Pour alimenter les deux usines, les 300 000 tonnes d'orge sont collectées auprès de 1750 agriculteurs dans un rayon de 50 kilomètres au nord et 180 kilomètres au sud de Nogent-sur-Seine. (N. Ouvrard)

Pour alimenter les deux usines, les 300 000 tonnes d'orge sont collectées auprès de 1750 agriculteurs dans un rayon de 50 kilomètres au nord et 180 kilomètres au sud de Nogent-sur-Seine. (N. Ouvrard)

Un atout logistique

Malgré un contexte économique difficile dans la filière malterie-brasserie, Soufflet a investi 100 millions d'euros (usine, silos et installations portuaires) à Nogent, alors que les derniers investissements du groupe étaient surtout tournés vers les pays de l'Est. « La Brie, la Champagne et la Bourgogne constituent un terroir idéal et les producteurs sont très professionnels. De plus, Nogent a un atout logistique indéniable, a commenté Jean-Michel Soufflet, président du directoire. En France, nous sommes tournés vers l'export, or la consommation mondiale de bière connaît toujours une croissance de 2 % par an. Nos usines tournent à 100 %. Par ailleurs, nous avons établi des contrats à long terme avec nos clients. Sans cela, notre projet industriel n'aurait jamais pu aboutir. »

Source Réussir Grandes Cultures Juillet-Août 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier