Intense débat autour du vote d'une aide aux céréaliers franciliens

Intense débat autour du vote d'une aide aux céréaliers franciliens

La région Ile-de-France a voté vendredi une aide exceptionnelle de 6,5 millions d'euros aux céréaliers franciliens touchés par les intempéries, pour leur permettre d'acheter des "semences certifiées" pour "garantir la récolte 2017", une mesure critiquée par plusieurs groupes politiques et finalement amendée.

Après les fortes inondations du printemps et le manque de soleil pendant les mois du développement des cultures, les céréaliers franciliens ont connu des chutes de rendement de 50%, voire 70%, et des pertes économiques estimées entre 500 et 600 millions d'euros. La région a décidé de débloquer 6,5 millions d'euros pour soutenir les céréaliers, via une aide pour l'acquisition de "semences certifiées", afin de "préserver le capital génétique de la filière céréalière francilienne" et "garantir la récolte 2017", a expliqué la vice-présidente (LR) en charge de l'agriculture, Anne Chain-Larché. 

Mais cette aide réservée à l'achat de semences certifiées, issues de l'industrie, a provoqué l'opposition des partis de gauche (PS, Front de gauche, écologistes et Radicaux de gauche) et du MoDem, réclamant des aides également pour les agriculteurs utilisant les semences fermières, c'est-à-dire issues de leur propre récolte et réutilisées sur leur propre exploitation. Selon Mme Chain-Larché, cette aide aux semences certifiées est justifiée pour "éviter de ressemer la mauvaise récolte de 2016", car, à la suite des intempéries, les semences fermières pourraient être dégradées et atteintes de maladies. 

Les écologistes ont dénoncé "une rente à l'industrie pétrochimique", le Front de gauche "une concurrence déloyale" au détriment des semences fermières, qui représentent pourtant 60% des volumes de semences utilisées en Ile-de-France. Un chiffre répété par le MoDem, qui a jugé que "les agriculteurs n'avaient pas besoin qu'on les influence sur leur choix". Après plusieurs interruptions de séance et réécritures du texte, la région a proposé que soit examinée d'ici à un mois la possibilité d'une aide financière pour payer les factures de "triage" des agriculteurs utilisant les semences fermières, à hauteur de 20% du montant total de l'aide exceptionnelle.

Pour aider ces agriculteurs, qui n'achètent pas leurs semences mais font appel à des trieurs intervenant sur leurs exploitations pour sélectionner les bonnes graines à utiliser comme semences, il faut en effet réussir à trouver une solution juridique, car "nous n'avons légalement pas le droit de verser des aides de trésorerie à des exploitations privées", a rappelé la présidente de la région, Valérie Pécresse (LR). Même s'ils ont reconnu une "avancée", les écologistes, le Front de gauche et les Radicaux de gauche se sont abtenus. Le MoDem a voté pour, tout comme les autres membres de la majorité (LR et UDI), le PS et le FN.)

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

DIDIER BRUNEAU "PIVOT79"

a quand une aide à l insimination et au contrôle laitier que j ai du abandonner pour raison economique pourtant necéssaire pour assurer la production laitiere ?

hetre humain

il y a donc que les agriculteurs franciliens qui ont droit d etre aidés qu on t ils fait du bénéfice de la super bonne récolte de l an dernier finalement se n était que du vent pour faire baisser le prix des céréales

jb

En elevage cela fait des lustres que l aide à l'acquisition de taureaux inscrits a disparu!

POTEAU3716

petite blague ;

en 2017 le socialiste apres les election sont enterrer jusqu'au coup , que peu t'on en conclure :

tout simplement qu'il manque encore un peu de terre .....

POTEAU3716

quoi qu'il arrive pour l'agriculture en general , la preuve en est , y a rien a esperer de la gauche . la preuve en est encore faite ..

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires