La communauté scientifique et semencière du blé chez Florimond Desprez

Céréales Vallée

La communauté scientifique et semencière du blé chez Florimond Desprez
Florimond Desprez

Une centaine de chercheurs se réunit du 13 au 15 décembre à Cappelle-en-Pévèle (Nord–59), autour du projet d’Investissement d’Avenir BreedWheat. Cette rencontre annuelle se tient cette année chez le semencier Florimond Desprez, un des 28 partenaires du projet. L’occasion de faire un point sur les avancées de ce projet ambitieux pour une agriculture compétitive, durable et de qualité.

A propos de BreedWheat

Le projet BreedWheat a pour ambition de soutenir la compétitivité de la filière française de sélection du blé en répondant aux enjeux de société pour une production durable et de qualité.

Ce projet précompétitif prévu sur 9 ans, pour un investissement total de 34 millions Euros par 27 partenaires, reçoit un financement de 9M€ du programme Investissements d’Avenir (ANR-10-BTBR-03) géré par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Il rassemble 15 laboratoires de recherche public, 10 entreprises privées, 1 institut technique, 1 pôle de compétitivité et 1 société spécialisée dans la gestion de projet et le transfert de technologies.

La communauté scientifique et semencière du blé se réunit autour de BreedWheat

Le projet d’Investissement d’Avenir BreedWheat fédère les principaux acteurs du blé en France autour d’un partenariat unique : 15 unités de recherche, 10 entreprises privées, un institut technique, un pôle de compétitivité et une société de gestion de projet et transfert de technologies. Ensemble, ils œuvrent depuis 5 ans autour d’une ambition commune : développer de nouvelles variétés de blé pour une agriculture durable. Les différentes équipes sont réunies au sein de groupes de travail thématiques et se retrouvent chaque année pour faire le point sur l’avancée des travaux et les étapes à venir pour faire de ce projet ambitieux une réussite.

En effet, dans un effort sans précédent, BreedWheat combine des analyses génétiques, génomiques et écophysiologiques avec du phénotypage et génotypage à haut débit pour effectuer des études d’association et identifier des marqueurs et gênes candidats liés au rendement et à la qualité sous stress biotiques (attaque de pathogènes) et abiotiques (changements environnementaux). De plus, BreedWheat caractérise et utilise des ressources génétiques inexploitées (variétés anciennes de blé) pour élargir la diversité du matériel génétique élite (utilisé par les sélectionneurs). Enfin, des nouvelles méthodes de sélection couplant les données de génotypage et phénotypage sont développées et évaluées pour leur impact socio-économique. Elles permettraient un gain de temps et d’argent par rapport à la sélection classique basée sur les phénotypes (caractères observables de la plante). Enfin, une plateforme bio-informatique robuste et conviviale permettant un accès efficace aux données du projet est aussi développée.

BreedWheat, des avancées significatives

A ce jour, les résultats du projet sont d’ores et déjà visibles. A son lancement en 2011, le consortium envisageait de générer 33 millions de données de génotypage. Aujourd’hui, le projet en a déjà produit plus de deux milliards. En 2011, le projet avait pour ambition d’étudier 48 000 parcelles. En 2016, ce sont près de 70 000 parcelles expérimentales qui ont été évaluées pour des caractères d’intérêt agronomique (sécheresse, réduction de la fertilisation azotée, attaque des maladies du feuillage et de l’épi).

De plus, BreedWheat a conçu une puce à ADN de nouvelle génération contenant plus de 423 000 marqueurs génétiques, l’une des plus importantes jamais développée chez le blé. Celle-ci a permis, jusqu’à présent, d’établir la « carte d’identité génétique » de plus de 7 000 lignées de blé spécialement développée pour le blé permettant de caractériser simultanément plus de 420 000 marqueurs génétiques. Signe de l’apport de ces résultats pour la communauté scientifique dans sa globalité, la majeure partie de cette puce est mise à disposition à

la communauté internationaledes tiers pour la recherche et la sélection. Une carte génétique comprenant plus de 307 000 marqueurs a aussi été construite, l’une des cartes avec la plus haute densité conçue pour le blé jusqu’à présent. Enfin, une séquence du chromosome 1B a été produite. Elle a permis d’améliorer la séquence de référence du génome entier du blé développée par le consortium international de séquençage du blé (International Wheat Genome Sequencing Consortium, IWGSC).

Un « panel de diversité »” de 4 600 accessions représentant la diversité mondiale du blé a été sélectionné a également été évalué et caractérisé. Cela a permis d’exploiter activement la variabilité génétique naturelle du blé. Une partie des Les données évaluées sont aujourd’hui disponibles à la communauté scientifique.

Enfin, environ 700 000 données ont été acquises, validées, formatées et stockées dans une base de données BreedWheat. Cette base de données constitue une opportunité exceptionnelle, à la disposition des partenaires du projet pour la deuxième partie du projet.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier