La délégation de travaux agricoles à un prestataire peut être un bon calcul

Gaëtan Coisel - Réussir Grandes Cultures Novembre 2011

Outre une moindre charge de travail, il peut être judicieux financièrement de confier des travaux à un prestataire extérieur, même en grandes cultures.

NB : les frais généraux sont moins importants dans les deux cas en prestations  car le parc matériel est revendu en partie ou totalement, ce qui impacte le poste assurance.

Malgré les réticences de confier ses travaux à une tierce personne, la délégation de chantiers continue à se développer.
Plus répandue en zone d’élevage, la délégation est pourtant bien présente en zone céréalière. La récolte (céréales, betteraves, pommes de terre…) est la tâche la plus souvent confiée à une entreprise de travaux agricoles ou à un voisin agriculteur. Le matériel coûte cher et bloque un capital. Cela mobilise aussi de la main-d’œuvre. Ce pic de travail peut être, pour certains, pénible et difficile à gérer.
Après la moisson, sont souvent délégués les épandages de type amendements,
ou encore le labour et le semis, qui nécessitent du matériel spécifique. Les
traitements et les apports d’engrais sont des interventions décisives que bon nombre d’agriculteurs souhaitent conserver.

Jusqu’à la totalité des travaux

D’autres agriculteurs vont plus loin en déléguant la totalité de leurs travaux, soit par obligation — un handicap ou un décès peuvent en être la raison —, soit quand l’agriculteur en fin de carrière — sans repreneur potentiel — souhaite « lever le pied » jusqu’à la retraite. Cette solution s’avère intéressante si le prix de vente des cultures est attrayant et si l’exploitant est propriétaire d’une bonne partie de ses terres.
 Émilien Marcault, conseiller de gestion à CERFrance Alliance Centre a réalisé un comparatif économique entre trois stratégies différentes : tout réaliser soit-même, déléguer 100 % de ses travaux ou en déléguer une partie et conserver la pulvérisation et l’épandage. Si l’agriculteur garde la maîtrise de ses travaux, il dégage un revenu de 636 euros par hectare. La délégation totale réduit le disponible dégagé de 25 euros par hectare et partielle de 12 euros par hectare. Tout dépend, ensuite, de la façon dont l’agriculteur valorise le temps dégagé pour d’autres activités.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier