La France reste 1er exportatrice mondiale de semences malgré un ralentissement

La France reste 1er exportatrice mondiale de semences malgré un ralentissement

La France reste classée au 1er rang des exportateurs mondiaux de semences agricoles et de plants, maïs en tête, malgré un ralentissement de l'activité dû aux tensions sur ses principaux marchés, la Russie et l'Ukraine, selon le bilan de la filière publié jeudi.

Avec 1,418 milliard d'euros vendus pour la saison 2013-2014, la filière contribue pour 24% à l'excédent commercial du secteur agricole mais ce chiffre est en recul de 12% par rapport à la saison précédente, informe le Groupement national des industries semencières (GNIS). Si l'Allemagne et les Pays Bas sont les principaux clients au sein de l'Union européenne (72% des ventes), la Russie et l'Ukraine sont les premiers acheteurs hors UE et les tensions géopolitiques qui ralentissement l'activité ont impacté les ventes dans ces pays ainsi qu'au Moyen-Orient et en Afrique, explique le GNIS.

"Avec l'UE, les pays de la CEI occidentale (Communauté des Etats indépendants) représentent 80% des exportations: évidemment la situation sur place impacte notre activité même si les semences sont exemptées par l'embargo russe" sur les produits agricoles et alimentaires occidentaux, dit Catherine Dagorn, directrice du GNIS.

Pour le GNIS, la filière "accuse aussi le  coup de trois années de croissance exceptionnelle des exportations (+16% en moyenne) qui ont amoindri le stocks en semences de maïs et oléagineuses", respectivement premier et troisième postes à l'export. Pour les reconstituer, la filière a fait appel aux importations qui ont bondi de 17% (685 millions d'euros).

France : troisième marché intérieur pour les semences

Le maïs est resté la première espèce exportée avec un total de 583 millions d'euros (171.709 tonnes de semences) et réalise à lui seul plus de la moitié (51%) du solde de la balance commerciale. Les semences potagères maintiennent également un bon niveau d'exportation, avec un total record de 338 millions d'euros et un record également en pomme de terre (63 millions d'euros).

Celles ci se concentrent sur le marché européen (63% des ventes) et progressent en particulier vers les Pays-Bas et l'Espagne, mais progressent sur les pays tiers comme les Etats-Unis (+48%) le Brésil (+35%) et l'Australie (+36%). La France est le troisième marché intérieur pour les semences après la Chine et les Etats-Unis . La filière réunit 72 entreprises de sélection et près de 18.000 agriculteurs multiplicateurs.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier