La pulvérisation bas volume entre dans les moeurs

Christian Gloria

La pulvérisation bas volume entre dans les moeurs
C'est avec les automoteurs que l'on enregistre en moyenne les volumes les plus bas. - © V. Marmuse / CAIA
La pulvérisation bas volume entre dans les moeurs
Gnis

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Grandes Cultures de février 2014. RGC n°277, p. 30 à 39.

Le volume de bouillie à l'hectare a diminué ces dernières décennies. Selon une enquête Arvalis menée en 2012 auprès d'un petit millier de producteurs de grandes cultures, 32 % des agriculteurs appliquent un volume compris entre 50 et 100 l/ha et 4 % un volume inférieur à 50 l/ha.
« Le volume médian est de 110 litres par hectare contre 180 litres par hectare en 1995(1), rapporte Benjamin Perriot. L'ultra bas volume (moins de 50 l/ha) n'existait quasiment pas en 1995 et 16 % des agriculteurs traitaient à des volumes entre 50 et 150 litres par hectare. »

La pulvérisation bas volume entre dans les moeurs

Le parc matériel a considérablement évolué sur la même période avec des automoteurs qui ont gagné les campagnes : 3,5 % des pulvérisateurs en 1995 et près de 20 % en 2012.
Les traînés constituent les matériels les plus utilisés, un peu plus de 60 % en 2012 (contre 35 % en 1995).
Les portés ont perdu beaucoup de terrain dans la même période.
C'est avec les automoteurs que l'on enregistre les moyennes de volumes les plus bas avec 94 l/ha contre plus de 110 l/ha pour les deux autres types de pulvérisateurs.

(1) Enquête Ademe-Cemagref.

Source REUSSIR GRANDES CULTURES

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier