Le bilan carbone favorable des biocarburants mis au conditionnel

Gabriel Omnès - Réussir Grandes Cultures Mai 2012

Le bilan carbone favorable des biocarburants mis au conditionnel
En intégrant le fait que la forêt tropicale pourrait pâtir du développement des biocarburants, le bilan des émissions de GES s’alourdit. © B. Guirriec

L’incertitude liée au changement d’affectation des sols pourrait remettre en cause le bilan positif du biodiesel et du bioéthanol.

L’Ademe a publié un rapport nuancé sur le bilan des biocarburants de première génération. L’agence de l’énergie et de l’environnement qualifie ainsi de « largement positif » le bilan énergétique des filières biodiesel et bioéthanol. Ces carburants pourraient même permettre, d’ici cinq ans, d’atteindre une réduction moyenne de consommation d’énergies non renouvelables de respectivement 70 % et 60 % par rapport aux carburants fossiles. Grâce à un approvisionnement majoritairement national et européen, l’Ademe souligne aussi l’intérêt de ces filières pour atténuer la dépendance énergétique vis-à-vis de l’étranger. Autre bon point pour les agrocarburants : « des gains nets en émission de gaz à effet de serre (GES) par rapport à des carburants fossiles de 59 à 91 % pour les biodiesels et de 49 % à 72 % pour les bioéthanols incorporés directement. »

Durabilité mise en doute

L’agence apporte toutefois un sérieux bémol lié à au changement d’affectation des sols (CAS). Certes, l’avis relève « une grande variabilité des évaluations du facteur CAS dans la littérature ». Cependant, le document indique que « la synthèse réalisée en 2010-2011 avec l’Inra constate que dans plus de deux tiers des évaluations, la prise en compte, dans le calcul des GES de la filière, des émissions générées par le changement d’affectation des sols, aboutit à un bilan total d’émissions de GES qui ne permet pas de respecter le critère de réduction de 35 % par rapport aux carburants fossiles de référence ».
 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier