Le biocontrôle a-t-il un avenir en grandes cultures ?

Benoît MOUREAUX

Le biocontrôle a-t-il un avenir en grandes cultures ?

Le biocontrôle se positionne comme une alternative aux produits phytosanitaires trouvant parfois leurs limites. Les résultats seront-ils à la hauteur des attentes ? Éléments de réponse avec Claude Maumené, ingénieur de recherche chez Arvalis.

Perspectives Agricoles : Comment le biocontrôle a-t-il trouvé sa place en agriculture ?

Claude Maumené : Les techniques de biocontrôle, plus facilement maîtrisables en milieu fermé, ont initialement été développées pour les productions sous serre. Elles ont progressivement été étendues en plein champ, prioritairement sur des cultures à haute valeur ajoutée.
Il s’agissait, notamment en production de fruits et légumes, de répondre à une problématique de courts délais avant récolte au regard des résidus de produits phytosanitaires, mais aussi de pourvoir à des impasses techniques. En grandes cultures comme ailleurs, les contraintes réglementaires s’accumulent. Les cas de résistances se multiplient, tandis que le nombre de substances actives en cours de développement se réduit d’année en année. Le biocontrôle apparaît comme une solution possible, voire une nécessité. Il représente un potentiel d’innovation considérable, auquel peuvent contribuer aussi bien des « spin-off »(1) d’université que des grands groupes internationaux. La recherche est en marche mais la route est longue. Les produits de biocontrôle, hors macro-organismes qui font l’objet d’une réglementation spécifique, dépendent du même type de procédure d’homologation que les produits phytosanitaires classiques. Les exigences sont logiquement les mêmes et par conséquent les délais presque équivalents.

P. A. : Quelles sont les conditions de sa réussite ?

C. M.  : Les produits de biocontrôle doivent avant tout faire preuve d’une efficacité suffisante et présenter un profil toxicologique et écotoxicologique favorable. Il faut idéalement qu’ils restent relativement simples à utiliser et qu’ils soient économiquement comparables aux autres solutions proposées. Il est également essentiel qu’ils gagnent la confiance des agriculteurs. La communication technique de tous les acteurs doit donc être réalisée avec la plus grande rigueur. Les utilisateurs potentiels doivent pouvoir s’approprier ces innovations en connaissant parfaitement leurs intérêts, leurs limites et leurs modes d’emploi. Certaines d’entre elles sont déjà tout aussi efficaces que des techniques conventionnelles ; d’autres vont s’y substituer partiellement et parfois nécessiter une adaptation, voire un bouleversement des pratiques. Dans tous les cas, le périmètre d’utilisation de chaque produit de biocontrôle devra être connu et défini en toute transparence, c’est une des clés de la réussite.

P. A. : Peut-on envisager un développement rapide du biocontrôle ?

C. M.  : Le secteur du biocontrôle représente aujourd’hui, selon les estimations, 3 à 5 % environ du marché des produits de protection des plantes. Les projections optimistes évoquent une croissance annuelle de ce marché de 15 %. À moins d’une rupture technologique qui révolutionnerait les pratiques, la cohabitation entre les produits de biocontrôle et les solutions classiques s’inscrit dans la durée.
La combinaison des leviers restera la voie la plus sûre pour atteindre les objectifs de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Nul doute que la recherche devra être productive, inventive et audacieuse. Les bourdons « flying doctors » sont un bel exemple de créativité. Ils augmentent l’efficacité de la pollinisation par la fréquentation des fleurs et transportent dans le même temps des spores d’un champignon hyper-parasite du botrytis. À plus long terme, la stimulation des défenses des plantes, ou encore l’écologie chimique, réservent potentiellement de belles surprises.

(1) Entreprises créées à l’initiative d’étudiants dans le cadre des laboratoires de recherche de leur école ou de leur université.

Pour vous abonner, rendez-vous sur www.perspectives-agricoles.com 

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires