Le cours du sucre poursuit sa hausse

Le cours du sucre poursuit sa hausse
La production mondiale serait en baisse de 1,15% (DR)

Les cours du sucre ont signé une nouvelle semaine de hausse sur la scène internationale, bondissant de quelque 6% début novembre entre lundi et mardi, avant de se stabiliser, dans un marché qui redoute toujours un déficit de production l'an prochain.

La tonne de sucre blanc pour livraison en mars a même atteint 418,90 dollars à Londres mardi, un plus haut en plus de 9 mois.  A New York, la livre de sucre brut pour la même échéance est montée le même jour à 15,53 cents de dollar, son maximum depuis fin janvier 2015 également.

"On s'attend depuis un moment maintenant à ce que la saison 2015/2016 soit déficitaire sur le marché du sucre pour la première fois depuis des années, même si les prix ont touché un plus bas en sept ans à la fin du mois d'août", ont relevé les analystes de Commerzbank.

L'Organisation internationale du sucre (ISO), dans un rapport publié jeudi, prévoit ainsi qu'après cinq années de surplus statistiques, l'économie mondiale du sucre entre dans une phase de déficit l'an prochain, dont elle a revu son estimation à la hausse, à 3,53 millions de tonnes. "Cela reflète essentiellement une considérable révision à la baisse des estimations de production pour l'Inde, l'Union européenne et l'Ukraine", a précisé l'ISO.

L'organisation table sur une production mondiale de sucre de 169,37 millions de tonnes en 2015/2016, en baisse de 1,15% par rapport à 2014/2015 et sur une consommation en hausse de 2,21%, à 172,90 millions de tonnes.

A plus court terme, des craintes entourant les récoltes, notamment en raison de mauvaises conditions météorologiques au Brésil, en Asie du Sud-Est et en Inde contribuaient également au soutien des cours, ont noté des analystes. Selon Jack Scoville, analyste chez Price Futures Group, l'Inde était également confrontée à une baisse de sa production en raison de la sécheresse qui sévit dans les zones de culture du sud-ouest du pays.

 

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier