Le G20 envisage de passer à l’action face à la flambée des prix agricoles

Le G20 envisage de passer à l’action face à la flambée des prix agricoles
Au mois de juillet, les cours internationaux du blé ont gagné 19%, ceux du maïs 23%.

Face à la tension grandissante sur les marchés agricoles, le G20 envisage de réunir, début septembre, son «Forum de réaction rapide», une instance présidée par Paris qui a pour mission d’apporter une réponse coordonnée à la flambée des prix.

Face à l’envolée des cours des matières premières agricoles,  le « Forum de réaction rapide » pourrait intervenir  pour la première fois depuis sa création en 2011. La France, qui préside actuellement cette instance, va  consulter fin août ses partenaires  américains (qui présideront le Forum dès le 2 octobre)  et mexicains (qui président actuellement le G20) pour décider, ou non, de la tenue du Forum.

Les autorités attendent "d'avoir une visibilité sur l'ensemble des stocks" ainsi que sur "l'état anticipé des récoltes" pour prendre une décision, explique-t-on au ministère de l’Agriculture.  Ce Forum pourrait alors se tenir  début septembre.

Selon le Financial Times, les principaux pays du G20 sont "favorables à la tenue d'une réunion". "La France et les États-Unis restent vigilants sur l'évolution des marchés et se disent prêts à réunir le Forum de réaction rapide en cas de dégradation" de la situation des cours des céréales et du soja, indique le ministère français de l'Agriculture.

Éviter les interventions unilatérales

Le Forum de réaction rapide réunit les responsables des administrations liées à l'agriculture des pays du G20 et huit autres pays (Espagne, Egypte, Nigeria, Thaïlande, Philippines, Pakistan, Bangladesh et Kazakhstan). Il est destiné à apporter une réponse coordonnée en cas de forte tension sur les marchés, afin d'éviter notamment des interventions unilatérales susceptibles d'aggraver la situation.

En 2010, la Russie avait interrompu temporairement ses exportations de blé, renforçant ainsi de façon brutale les tensions déjà existantes. "Malgré la volonté affichée du gouvernement russe d'éviter les mesures de restriction à l'export cette année, les doutes sont permis", prévient  la société conseil Agritel.

La flambée des prix rappelle le scénario de l'année 2008, année où les pays importateurs les plus pauvres avaient été secoués par des émeutes de la faim.  Mais cette fois, la tension est moindre sur le riz et le blé qui disposent encore  de disponibilités assez larges.

Sur le même sujet

Commentaires 6

mario

Dobe si les Agriculteurs ne font pas de bénéfice comme tu le prétend qu'il retourne à l'usine à 9 E de l'heure ,8 H sans pause et à 35 H par semaine + frais déplacements, + loyer gaz électricité ????

dobe

si le prix des cereales augmentent, le prix des engrais va suivre. Pour les agriculteurs bénéfice zéro,par contre jackpot pour les firmes comme d'habitude.

1584

ils se moquent des agriculteurs quels qu'ils soient , les montent les uns contre les autres et se frottent les mains en s'engraissant sur leur dos.céréaliers ou éleveurs nous ferions mieux de nous entendre plutot que de les entendre

linou

Bien dit Farmer45. les céréales sont aux meme prix qu il y a 30 ans faut arreter de dire que le blé est trop cher. on nous prend pour quoi?

yvagri

et la reunion pour la flambée du prix du petrole et de l'azote ????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier