Le marché du blé très attentiste, à la veille d'un rapport américain

Le marché du blé très attentiste, à la veille d'un rapport américain

Les prix du blé étaient légèrement en repli mercredi à la mi-journée, dans un marché très attentiste, à la veille d'un rapport mensuel du ministère américain de l'Agriculture (USDA) sur les prévisions mondiales de cultures.

Peu avant 12H30 (10H30 GMT), la tonne de blé reculait de 50 centimes d'euro sur l'échéance de septembre à 161,25 euros et de 25 centimes d'euro sur l'échéance de décembre à 167,25 euros, dans un volume d'échanges de 5.300 lots environ. Les dernières nouvelles concernant les récoltes, notamment françaises, sont plutôt baissières, alors que l'organisme FranceAgriMer a confirmé un net rebond de la production, notamment de blé tendre, après une année 2016 catastrophique.  

Comme attendu, la récolte tutoie les 37 Mt (36,8 précisément, +33%), un chiffre conforme à la moyenne des cinq dernières années, avec une excellente teneur en protéines, qui peut permettre aux opérateurs français de reconquérir les marchés perdus à l'export lors de la campagne écoulée, même s'il faudra probablement compter avec une récolte russe encore très abondante cette année.  

Comme le blé, la tonne de maïs reculait aussi très légèrement, dans le sillage de la tendance observée mardi soir à la Bourse de Chicago où ces deux céréales se sont repliées. Elle refluait de 25 centimes sur novembre à 165,75 euros et de 50 centimes sur janvier à 169,25 euros, dans un volume d'échanges de plus de 260 lots.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

DIGUE3942

oui, nous paysans, nous sommes les souffre- douleurs de la nation...

Bruno 02

( suite )
Quand on est juste bons à être jetés en pâture aux médias sur tous les sujets d'actualité depuis des lustres ( les inondation, c'est nous. Les sécheresses, c'est nous. Les abeilles, idem. Les cancers bien évidemment. La qualité de l'air mêmes causes. L'eau n'en parlons pas : même les mers polluées, c'est nous... ), inutile de s'attendre à autre chose dans l'avenir.

Bruno 02

2016 : Agriculteurs de France, faites de la qualité que diable, c'est un gage de revenus !
2017 : la qualité est là, mais les prix plus faibles encore que l'an passé...le langage change donc : Agriculteurs de France, faites donc du bio que diable, c'est un gage de revenus !
Moralité : Agriculteurs du monde, faites de la M*** mais faites-en peu : vous croulerez sous les dollars. mais pas longtemps : les gouvernements remettra en place le réquisitionnement et les tickets de distribution, et tout le monde sera d'accord encore une fois, face à ces éternels sal***s d'agriculteurs...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier