Les fortes chaleurs risquent d’altérer la récolte de blé français

Les fortes chaleurs risquent d’altérer la récolte de blé français

Les envolées caniculaires du mercure attendues cette semaine menacent d'altérer la récolte de blé, dont la France qui compte parmi les cinq grands producteurs mondiaux. Les producteurs craignent une perte de rendement alors que les grains arrivent à maturation.

Depuis l'annonce de 40°C et plus à partir de mercredi, qui suscitent une alerte sanitaire déclenchée par les autorités, le marché s'est lui aussi mis en état d'urgence avec un bond de 15 euros par tonne entre vendredi et lundi, remarque l'Association des producteurs de blé (AGPB).

"On ne va pas crier avant d'avoir mal", lâche Arnaud Rousseau, agriculteur en Seine-et-Marne au sud de Paris, où l'absence de précipitations sérieuses depuis deux mois commence par ailleurs à se faire sentir. "Mais on a déjà des températures élevées depuis un certain temps, alors une semaine caniculaire quand on arrive au stade de maturation du grain, c'est au minimum une perte de rendement".

Les producteurs, anxieux, redoutent un phénomène d'échaudage.  La chaleur intense en période de remplissage du grain atténue le poids des grains de blé, donc les rendements, et la qualité.

"C'est inévitable avec des températures comme celles annoncées", prévient Dominique Chambrette, agriculteur en Bourgogne (Yonne) et vice-président de l'AGPB. Tout au plus espère-t-il une atténuation des effets de l'échaudage sur les plantes qui ont pu s'enraciner profondément au printemps du fait du manque d'eau qui les a poussées à puiser dans le sous-sol.

C'est principalement dans les régions céréalières du centre, des pays de Loire et en Bourgogne que le risque est le plus élevé.

Moisson anticipée

Les producteurs se préparent à une moisson anticipée d'une bonne semaine, autour du 14 juillet. Même si au nord, les cultures ont reçu des pluies régulièrement, dont les dernières dimanche, remarque Damien Vercambre, de la société Inter-Courtage à Dunkerque.

Courtier chez Plantureux et Associés, Edward de Saint-Denis relativise encore la menace: "On attendait une récolte record autour de 38 millions de tonnes, elle sera plus vraisemblablement entre 37 et 37,5 millions de tonnes" ce qui place tout de même l'Hexagone au premier rang européen et 4e exportateur mondial (derrière la Chine, les Etats-Unis et la Russie).

"On va perdre quelques pour cent, en poids et volume, avec ponctuellement quelques problèmes de teneur en protéines mais rien de très affolant", veut-il croire. "Ça reste une bonne récolte".

A condition qu'à l'épisode caniculaire ne succède pas, comme c'est souvent le cas, un excès de pluies qui provoquerait en pleine maturité des épis une perte de qualité déjà éprouvée l'an dernier, reprend Arnaud Rousseau. "Sans pluie, on aura juste une perte de rendement - enfin 'juste'... façon de parler".

L'an dernier, un épisode de sécheresse prolongée avait cédé la place mi-juillet à des conditions anormalement humides au contraire, qui avaient dégradé les blés dans les champs et provoqué leur germination. Une  perte de qualité qui avait eu pour conséquence une baisse des ventes sur  certains marchés privilégiés comme l'Algérie.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

fab54

Enfin une personne remplit de bon sens et cela ne vaut pas que pour les céréales...

hetre humain

derriere vos bureau vous ne connaissez rien au cout dez chaud vous dites que probablement les rendements vont etre correct vous avez la clim et tout se qui vas avec vous auriez ete 1 mois sans une goutte d eau vous diriez le risque d une baisse de rendement peut etre envisa geable l an dernier une bonne partie des ble ont ete declasse par manque d hasbeg cette annee le meunier devront le pleurer parce que je dit a tous les agriculteur attendez le plus longtemp possible pour vendre votre recolte il ne faut pas oublier se qu il nous ont fait subir maintenant c est l heure du retour demerde vous avec le reste de ble fourrager qu il restz dans les silos quand au technocrates qui raconte des conneries sur les futur rendements aller faire un tpour dans les parcelle ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier