Les pesticides menacent les oiseaux et les vers de terre autant que les abeilles

Les pesticides menacent les oiseaux et les vers de terre autant que les  abeilles

Des pesticides parmi les plus utilisés dans le monde ont des effets néfastes sur la biodiversité qui ne se limitent pas aux abeilles, mais nuisent aussi aux papillons, vers de terre, oiseaux et poissons, selon une évaluation scientifique internationale présentée mardi.

Les auteurs de l'évaluation ont examiné les conclusions de quelque 800 études parues depuis une vingtaine d'années. Ils plaident pour "durcir encore la réglementation sur les néonicotinoïdes et le fipronil", les deux types de substances chimiques étudiées. Ils demandent de "commencer à planifier leur suppression progressive à l'échelle mondiale ou, du moins, à formuler des plans visant à réduire fortement leur utilisation dans le monde". "Les preuves sont très claires. Nous sommes face à une menace qui pèse sur la productivité de notre milieu naturel et agricole", dit dans un communiqué le Dr Jean-Marc Bonmatin (CNRS), l'un des principaux auteurs de cette analyse menée au cours des quatre dernières années. L'évaluation a été conduite par un échantillon de 29 chercheurs internationaux dans le cadre d'un groupe de travail spécialisé dans les pesticides systémiques (conçus pour être absorbés par les plantes). Ce groupe conseille notamment l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'organisme qui rend compte de l'état de santé de la biodiversité mondiale à travers sa "Liste rouge" des espèces menacées.  Les conclusions doivent être publiées sous la forme de huit articles pendant l'été dans la revue Environmental Science ans Pollution Research, précise ce groupe de travail. Les pesticides étudiés sont "aujourd'hui les plus utilisés dans le monde, avec une part de marché estimée à quelque 40%". Ils sont aussi "communément utilisés dans les traitements domestiques pour la prévention des puces chez les chats et chiens et la lutte contre les termites dans les structures en bois".

 

“Il y a urgence“

 

Les effets liés à l'exposition à ces pesticides "peuvent être immédiats et fatals mais également chroniques", soulignent les chercheurs, avec des effets comme la perte d'odorat ou de mémoire, une perte de fécondité, une diminution de l'apport alimentaire, comme un butinage amoindri chez les abeilles, ou encore une capacité altérée du ver de terre à creuser des tunnels.  Ces pesticides sont notamment pointés du doigt depuis quelques années comme l'une des causes expliquant le déclin des populations d'abeilles. L'Union européenne a par exemple déjà suspendu en 2013 l'usage du fipronil et de trois néonicotinoïdes en raison de leurs effets sur les pollinisateurs.  Cette nouvelle analyse montre que bien d'autres espèces sont également touchées, au premier rang desquelles les invertébrés terrestres, comme les vers de terre, indispensables maillons de la vie des sous-sols. Suivent les pollinisateurs -- abeilles et papillons -- puis les invertébrés aquatiques, comme les gastéropodes d'eau douce et les puces d'eau, les oiseaux, les poissons et les amphibiens.  Les chercheurs précisent ne pas avoir de données suffisantes pour déterminer leur impact sur les mammifères et les reptiles, même si un "impact est probable" sur ces derniers. Les chercheurs montrent enfin que, en raison de la solubilité de ces substances dans l'eau, elles se retrouvent en dehors des zones traitées par ruissellement des eaux.  "Toute la biodiversité est involontairement affectée par ces produits", a réagi mardi l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) qui considère que les "pouvoirs publics français et européens" ne doivent "plus tergiverser". "Si l'utilisation des néonicotinoïdes a été partiellement restreinte en  décembre dernier par l'Union européenne, cela n'est malheureusement pas suffisant, étant donné que ces produits restent utilisés sur de très larges surfaces, comme une grande partie des céréales à paille ou sur de nombreuses cultures à fleur après leur floraison", souligne le syndicat des apiculteurs. Il met en avant aussi "la durée de vie, très longue dans le sol (plusieurs années)" de ces substances.  "Il y a maintenant urgence à décréter une moratoire total sur ces dangereux pesticides", conclut son président, Olivier Belval. Il salue le dépôt la semaine dernière au Parlement d'une proposition de résolution, soutenue par 173 parlementaires de différents partis, pour l'interdiction en Europe des insecticides néonicotinoïdes.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

narthex

Et voilà!! encore une étude biaisée réalisée par des scientifiques crypto-gauchistes noyautés par la conf et greenpeace!!!
Blague à part en ce moment les études pleuvent et sont nombreuses à aller dans la même direction...

Beber12

Quelqu'un a t il un avis sur cet article? info ou intox ?
si la menace est reelle il y a effectivement urgence à stopper l'utilisation de ces produits.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier