Les pesticides pointés du doigt par les sénateurs

Christian Gloria - Réussir Grandes Cultures Décembre 2012

Les pesticides pointés du doigt par les sénateurs
Nicole Bonnefoy, rapporteur. « Notre rapport n’est pas de montrer du doigt les agriculteurs et leur usage des pesticides. Ils sont souvent les premières victimes. » © C. Gloria

Une centaine de recommandations sont formulées par une mission sénatoriale pour réduire le risque des pesticides sur la santé humaine.

« Pesticides : vers le risque zéro.» Le titre du rapport d’information du Sénat(1) ne laisse aucun doute sur sa teneur. Une fois de plus, les pesticides sont mis à l’index pour leur utilisation mal encadrée. « Les dangers et les risques des pesticides sont sous-évalués pour la santé de ceux qui les utilisent, estime Sophie Primas, sénatrice UMP Yvelines qui a présidé la mission à l’origine de ce rapport. Mais l’omerta qui règne dans le milieu agricole sur les maladies dues à ces produits est en train de se lever progressivement.»

Entre mars et mi-septembre 2012, la mission a procédé à 95 auditions et entendu 205 personnes. Avec le groupe socialiste du Sénat, Nicole Bonnefoy, sénatrice de Charente, est à l’origine de la constitution de ce rapport comportant une centaine de propositions qui feront l’objet d’un débat en séance plénière en janvier 2013. Par exemple, sur les équipements de protection individuelle (EPI). « Je suis surprise par le contraste entre les précautions prises dans les usines de production des pesticides et les pratiques en agriculture où les manipulations de ces produits se font souvent à mains nues, souligne Nicole Bonnefoy. L’efficacité et le confort des EPI sont peu satisfaisants. Il faut améliorer ces équipements.»

Contrôle de la validité des AMM au bout de cinq ans

La mission veut renforcer l’évaluation et le suivi des produits mis sur le marché. «Je suis étonnée qu’une AMM court sur dix ans alors que les manifestations sur la santé publique peuvent prendre parfois plusieurs dizaines d’années. Le suivi des produits après leur mise en marché est imparfaitement assurée. Il faut améliorer le suivi post-AMM.»

Captu

La sénatrice de Charente souhaite « un contrôle de la validité des AMM au bout de cinq ans ». Sur diverses propositions, la mission insiste sur l’indépendance des études d’impact sur la santé, avant et après AMM « en créant un fonds pour les financer, abondé par les industriels et non géré par eux. » Le rapport souligne la nécessité de renforcer le plan Écophyto 2018 et se penche en particulier sur la formation Certiphyto. « Il faut assurer son financement car les fonds vont manquer pour tous les professionnels qui restent à former, considère Sophie Primas. Nous souhaiterions en outre une formation continue sur l’usage des pesticides et des travaux pratiques en plus de la théorie. »

Selon Sophie Primas, les données existent concernant les effets des pesticides sur les usagers. Elles proviennent de la MSA, de l’INVS, du registre des cancers… « Mais la mutualisation de ces données n’est pas faite. Il faut y mettre les moyens tout de suite… » Les diverses mesures proposées supposent des financements importants.

 (1) www.senat.fr/commission/missions/pesticides/index.html

http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-042-1-notice.html

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

polos10

mne bonnefoy utiliser vous un epi pour le traitemnt des mouches a votre domicile quitter vous les lieux mini 20mintes conposition du produit 0.276g pour 100gtetramethin et0.055g pour 100g d phenotrin ces matieres son telle dans l index phyto
produit tres tres dangereux pour les abbeils aujourd hui les maison sont equipees de vmc donc les produits son immediatement dans lair
quelle sont les quantitees des insecticides menager utiliser en france

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier