Les surfaces de blé tendre et d’orge progressent

Les surfaces de blé tendre et d’orge progressent

D’après les premières estimations de FranceAgriMer, les surfaces cultivées en blé tendre et en orge d’hiver seront en progression sur la campagne 2012/2013. Des semis perturbés par une météo extrêmement pluvieuses dans certaines régions.

En France, les semis de céréales à paille de l’automne 2012 ont été perturbés par des épisodes pluvieux sur un grand quart Nord-Ouest de la France. Ainsi, selon Météo-France, les précipitations ont été excédentaires de plus de 30 % par rapport à la normale, sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais, de la Normandie aux Pays-de-la-Loire, dans le Centre et dans le Poitou-Charentes. Tous les semis n’ont donc pas pu être réalisés et certains l’ont été dans des conditions difficiles.

+2% pour le blé tendre, +10% pour l’orge d’hiver

Selon les premières estimations d’ensemencements en vue de la récolte 2013,  FranceAgriMer estime toutefois que  la sole dédiée au blé tendre pourrait croître de 2 % au niveau national malgré les baisses enregistrées dans l’Ouest de la France. Les surfaces de blé tendre pour 2013 approche­raient ainsi les 5 Mha. Les plus fortes progressions sont enregistrées dans l’Est de la France : +40 % en Alsace, +37 % en Lorraine, +7% en Bourgogne et en Franche-Comté. Cette évolution est avant tout due à la vague de froid et au gel de l’hiver dernier qui avait été à l’origine de retournements de surfaces en blé.

blé tendre

En ce qui concerne les orges d’hiver, les surfaces cultivées devraient augmenter de plus de 10 % pour la récolte 2013 par rapport à 2012 dans la mesure où, là aussi, la campagne 2012/13 avait été marquée par de forts dégâts hivernaux. Les superficies sont pour l’instant estimées à 1,09 Mha.

orge

Diminution des ensemencements de blé dur

La moindre qualité de certains blés durs récoltés en 2012ainsi qu’un écart de prix faible entre le blé tendre et le blé dur (entre 28 et 45 €/t pour les cotations FOB La Pallice en octobre-novembre au profit du blé dur) n’a pas encouragé les agriculteurs à privilégier cette dernière céréale dans leurs semis. Au niveau national, les surfaces de blé dur sont donc pour l’instant estimées en baisse de près de 6 % par rapport à la récolte précédente.

Source FranceAgriMer

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier