Limagrain : Le premier semencier européen ne connaît pas la crise

S. Giraud

Résultats record pour la coopérative auvergnate en 2011, qui cherche à construire un équilibre entre local et international.

En ces temps tourmentés, où l’ombre de la récession plane sur la France, ça fait du bien d’entendre qu’un groupe réalise de bons résultats en 2011. Limagrain est de ceux-là. Les résultats de la coopérative auvergnate, dont les frontières sont désormais européennes et mondiales, ne sont pas seulement bons, ils atteignent des niveaux record. “Limagrain est une entreprise en forte croissance. Notre chiffre d’affaires pour l’exer­cice 2010-2011 augmente de 11,6 % à périmètre constant et atteint 15,3 % si l’on intègre les acquisitions. Ce record historique des résultats de Limagrain est encourageant, mais il se relativise face à notre environnement concurrentiel”, explique Daniel Chéron, directeur général du groupe. Comprenez. Même si via sa holding Vilmorin et Cie, Limagrain est le quatrième semencier mondial, les trois premières marches du podium sont en effet encore éloignées.

Gain de rendements

 Le chiffre d’affaires consolidé du quatrième du peloton s’établit à 1,555 milliard d’euros. L’effort de recherche s’est nettement intensifié, pour représenter 14 % du chiffre d’affaires professionnel. La recherche, c’est la clé de voûte d’une entreprise de cette dimension, qui travaille sur du vivant dont on n’a pas encore percé le dixième des secrets. “Notre ambition, c’est de relever le challenge de l’efficience de la plante au champ”, insiste Pierre Pagesse, président de Limagrain, qui vient de passer la main à Jean-Yves Foucault (voir encadré). Les phénomènes à comprendre sont encore immenses, et pour gagner en rendements, le groupe a besoin d’investir toujours davantage, y compris sur des recherches OGM, conduites aux États-Unis - depuis les opérations de fauchage menées en France. L’an prochain, la coopérative inaugurera le plus grand centre de recherche et le plus moderne d’Europe. Ce centre, basé sur la commune de Chappes, dans le Puy-de-Dôme, devrait employer à terme 300 personnes.

Limagrain : Le premier semencier européen ne connaît pas la crise

Acquisitions

 Si, en 2011, le groupe semble avoir multiplié ses efforts en matière de recherche, l’année aura été aussi marquée par le rachat stratégique de l’entreprise Brossard. En mai, Jacquet, filiale de Limagrain, a en effet consolidé son activité en rachetant cette société spécialisée en pâtisserie indus­trielle, dont l’unité de production se situe à Pithiviers, dans le Loiret. Jacquet-Brossard devient N°2 en boulangerie-pâtisserie industrielle en France. Dans la gamme boulangerie-pâtisserie-viennoiserie, Jacquet-Brossard est passé dernièrement devant le géant Lu, selon les informations délivrées par Daniel Chéron. En matière de stratégie semencière, Limagrain a opéré début 2011 une alliance en maïs avec le semencier brésilien Sementes Guerra. Vingt-quatre ans que le groupe n’avait plus mis les pieds au Brésil. Ce rapprochement constitue une étape décisive dans le développement des grandes cultures en Amérique du Sud. Du côté de l’Asie, et de la Chine en particulier, des tractations sont en cours pour développer une filière maïs. Mais autant dire qu’on ne ren­tre pas en Chine comme dans un moulin, alors les pourparlers sont longs, mais Daniel Chéron a bon espoir qu’ils aboutissent courant 2012.

Une vision d’avenir

 Une année qui devrait donner lieu à d’autres négociations dans plusieurs filiales du groupe, avec un objectif : “consolider notre dispositif”. Ce que Daniel Chéron appelle un dispositif, c’est une entreprise aux métiers divers et aux ramifications multiples, dont le mode de gouvernance est inédit parmi les leaders de la semence. Depuis l’Auvergne où sèment, labourent, moissonnent ses 3 500 adhérents, la coopérative a déployé ses ailes pour devenir un groupe international. Cette stratégie lui a permis et lui permet encore de chercher de nouvelles voies de valorisation, de créer des synergies et de répartir les risques. Bref, d’avoir une vision d’avenir.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier