Maïs : amélioration des conditions de culture aux USA, aggravation en Europe

Maïs : amélioration des conditions de culture aux USA, aggravation en Europe

Les conditions se sont améliorées pour différentes cultures (maïs, soja, blé) aux Etats unis, ce qui limite désormais la forte tendance haussière observée dernièrement, précise l’AGPM dans sa dernière lettre de conjoncture. En France, Le recul des prix est moins marqué compte tenu de la sécheresse.

Aux USA, la situation hydrique s’améliore depuis la fin juin. « Les maïs américains, actuellement en pleine floraison (55% au 19 juillet, à 1% de la moyenne quinquennale), ne devraient donc pas souffrir de stress hydrique », précise l’AGPM. Mais si les conditions se sont améliorée, elles ne sont pas pour autant jugées optimales, et les maïs de l’Est et du Sud de la Corn Belt sont les plus en difficultés, de nouvelles pluies devaient toutefois faire leur apparition en fin de semaine.

Le rapport USDA du mois d’août reste très attendu et devrait certainement intégrer des corrections sur les surfaces, suite aux inondations, et sur le potentiel, qui selon certains analystes pourrait être revu à la baisse. Dans le dernier Crop Progress, l’USDA maintient un niveau stable de maïs bons à excellents, à 69%, avec une amélioration toutefois, puisque le taux de maïs jugés excellents passe de 15 à 17%.

Europe : les fortes chaleurs se déplacent vers l’Est

En Europe, la vague de chaleur, jusqu’ici localisée sur l’Ouest et le Nord de l’UE se déplace vers l’Est de l’Europe et atteint désormais les rives de la Mer Noire. Les principales zones de production de la Roumanie, de l’Ukraine et de la Russie sont sous des températures supérieures à 30°C depuis maintenant une semaine.

Les maïs commencent à souffrir de la chaleur et surtout du manque d’eau en l’absence de pluies depuis plusieurs jours, notamment sur la Roumanie et l’Ouest de l’Ukraine. La phase de floraison est désormais passée, mais le manque d’eau et les fortes chaleurs peuvent encore impacter les rendements.

« Si les conditions, défavorables sur l’UE-28 (France et Roumanie notamment), se poursuivent, le marché européen devrait être convoité et les exportations ukrainiennes s’organiseront dès le début des récoltes », conclut l’AGPM.

France : deux mois sans pluies significatives

En France, le recul des prix est moins marqué compte tenu de la sécheresse. Néanmoins, le maïs français reste cher pour intéresser le marché espagnol. Les écarts de prix avec les autres céréales se resserrent et les acheteurs s’interrogent encore avant de se positionner.

Les maïs sont désormais en fin de floraison (81 % au 20 juillet selon Céré’Obs). Les conditions météo ont entrainé les notations à la baisse (62% de bons à très bons contre 67% la semaine précédente selon Céré’Obs). A noter que 62 départements français ont activé des restrictions sur l’irrigation.

 

maïs prix

Source AGPM, lettre économique, sem. 31

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier