Maïs : des rendements très hétérogènes, entre 35 et 175 quintaux !

SC

Maïs : des rendements très hétérogènes, entre 35 et 175 quintaux !

Alors que la récolte de maïs s’achève en France, l’heure est au bilan. L’AGPM souligne la très grande hétérogénéité des rendements : de 35 à 175 quintaux selon les zones de production et les conditions de culture. Cette année, l’accès à l’eau a fait toute la différence.

Le rendement national en maïs grain est évalué à 90,1 quintaux par hectare en moyenne, loin du rendement record de 2014 avec 107 quintaux/ha. La production serait d’environ 13,9 millions de tonnes, soit une baisse de 23%. « C’est tout de même 20 quintaux de mieux qu’en 2003 et 8 de plus qu’en 2005, deux années également marquées par une forte sécheresse estivale » relativise Christophe Terrain, président de Maiz’Europ’ qui estime que même en cas de coup dur, la plante est capable d’assurer « le service minimum ».

D’autant que cette moyenne nationale cache d’énormes disparités. Dans certaines zones irriguées du Sud-ouest, les rendements seraient même très proches des records.

Irrigation : un gain de 30 et 90 q/ha

Une année qui prouve que « la pertinence de l’irrigation se justifie, nombreux sont les agriculteurs qui sont demandeurs » précise Daniel Peyraube, président de l'AGPM. D’après Gilles Espagnol, responsable de la filière maïs chez Arvalis, les gains de rendements permis par l’irrigation en maïs grain seraient compris entre 30 et 90 q/ha.

« L'année 2015 a été démonstrative des besoins d'irrigation », qui constitue une « assurance sur le revenu » pour les agriculteurs, ajoute Daniel Martin, président d'Irrigants de France. D’autant que les cours du maïs sont au plus bas. Les comptes d'exploitation sont « dans le rouge », d’après Daniel Peyraube.

A noter que les Journées Maïs auront lieu les 17 et 18 novembre à Toulouse et  auront pour thème « Gérer les risques, assurer l’avenir ».

Sur le même sujet

Commentaires 8

rural 21

je suis eleveur extensif autonome en conversion bio je ne suis pas hostile au mais mais a la monoculture a quoi bon produire 130 qx pour etre dans le rouge revenons a une agriculture diversifiee a taille humaine

cerealier et fier

Désolé de vous contredire camarade Karamazof mais vous vous trompez de cible; En tant qu irriguant je touche moins d aides que mon voisin eleveurqui tant mieux pour lui a des références historiquesimportantes et qui maintenant est en extensif a fond avec trois fois moins d animaux;

common

Quand je regarde le champs de mais a cote, je vois une terre dur comme du béton et des traces importants d’érosion. Rien contre la plante en soi, mais les rendements sont 'payés' cher vis a vis la perte de fertilité naturelle du sol. Un certain 'bilan' de tout ca, on le retrouve dans le verdissement de la pac. Plus qu'on continue comme ca, plus que ca va 'verdir'.
L'etat ne va pas nous applaudir et nous on peut continuer a nous plaindre des contraintes administratives..

Karamazov

Le productif qui veut des primes au plus productif qd on se gave trop le foie fini gras, le productiviste ramène tout a la tonne car ca l arrange
Dadada a raison , installation d irrigation subventionnée , sur subvention intégrée dans les dpu sans aucune justification , vous voulez produire plus avec l irrigation tu oublis que produire trop ça fait baisser les prix pour tout le monde mais avec autant d aide c pas un souci , et le probleme n est pas le maïs qui est une formidable plante mais bien comme le dit dadada de rendre le pognon indûment percu

cerealer et fier de l etre

pour info a dadada: Il faut se rappeler que les aides pac etaient des compensations a la baisse des cours organises; Elles etaient basees sur un rendement depatemental que le mais irrigue a bien souvent tire vers le haut au profit donc de tous les producteurs; Si on calcule le cout des aides pac ramenees a la tonne de grain ,le mais irrigue est le plus econome pour les depenses publiques;De plus les amenagements successifs de la pac sont toujours en faveur d une redistribution et les maisiculteurs n y sont jamis les gagnants. Je rappelle aussi que la production de mais grain y compris en irrigue est la plus econome en eau ramenee a la tonne produite ;De plus le mais est la grande culture ou les phytosanitaires sont les moins indispensables; economie productivite environnement alors pourquoi toujours taper sur le mais irrigue

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier