Maïs : Fermeté des prix malgré un bilan lourd (AGPM)

AGPM

Maïs : Fermeté des prix malgré un bilan lourd (AGPM)

Malgré quelques surprises, comme la réduction du rendement US, le rapport USDA du mois de novembre n’a pas apporté de grands changements sur les marchés. Les récoltes ont bien avancé et les producteurs américains ont rattrapé leur retard en atteignant les 80% de récolte en début de semaine dernière. Cependant, la météo de la semaine passée a probablement freiner les derniers chantiers.

Malgré quelques surprises, comme la réduction du rendement US, le rapport USDA du mois de novembre n’a pas apporté de grands changements sur les marchés. Les récoltes ont bien avancé et les producteurs américains ont rattrapé leur retard en atteignant les 80% de récolte en début de semaine dernière. Cependant, la météo de la semaine passée a probablement freiner les derniers chantiers. 

Malgré une prévision de récolte record aux Etats-Unis, le marché du soja reste tendu lié à la forte demande et aux difficultés logistiques qui freinent l’approvisionnement des triturateurs. En conséquence, les coproduits issus de la production d’éthanol sont mieux valorisés, ce qui renforce la rentabilité de la filière. 

La vague de froid attendue dans les prochains jours aux Etats-Unis laisse craindre des dégâts sur les blés nord-américains. Ces situations à risques ne sont pas inquiétantes pour le moment, mais contribuent à maintenir une légère pression haussière. Les fonds spéculatifs soutiennent cette tension et accentuent la volatilité. 

En Argentine, 39% des maïs ont été semés, soit un léger retard (-3%) par rapport à l’an dernier à la même date. 

Europe : Nervosité sur la Mer Noire 

Les tensions géopolitiques entre l’Ukraine et la Russie concentrent les attentions. L’Ukraine se prépare au combat et positionne ses troupes à l’Est face aux Russes qui auraient déjà fait intrusion sur le sol ukrainien. Le marché reste donc très vigilant quant à l’évolution de la situation dans cette zone. Toutefois, les récoltes sont terminées dans le sud de l’Ukraine et se poursuivent sur un rythme soutenu au nord. Moins de 10% des maïs seraient encore sur pied. 

En Ukraine, comme en Russie, les monnaies locales ont subi une forte dévaluation depuis le début du mois, ce qui incite les producteurs à exercer de la rétention. 

Stratégie grains, dans son rapport de novembre, estime la production européenne à 73,5 Mt. Une légère hausse de 0,2 Mt qui se répercute sur le stock de report, affiché à 6,4 Mt. Sur ce rapport, Stratégie grains confirme l’importante disponibilité de maïs européen, ce qui devrait réduire les importations sur l’espace communautaire à 6,4 Mt (contre 16,1 Mt l’an dernier).

Les maïs d’origine française, roumaine et bulgare restent compétitifs face aux offres ukrainiennes. Cependant la réduction à 0 des droits de douane (conséquence de l’évolution des prix américains) devrait resserrer les écarts. Face à la baisse de la demande européenne, l’Ukraine se tourne vers l’Asie où elle fait face à la concurrence d’Amérique du Sud. Les ukrainiens ont cumulé 1,4 Mt de livraison sur la Chine depuis le début du mois d’octobre. 

France : La récolte record se confirme 

FranceAgriMer estimait la récolte française achevée à 90% au 10 novembre. L’estimation mensuelle Agreste confirme les rendements élevés et affiche une récolte de 16,9 Mt (maïs grain, hors semence), en deçà de l’estimation AGPM. 

L’activité sur les ports Atlantiques concrétise les livraisons sur le Nord et le Sud de l’UE (Allemagne, Portugal, …). Les livraisons sur l’Espagne se poursuivent.

Capture d’écran 2014-11-18 à 11.39.29

Source Lettre économique hebdomadaire de l'association des producteurs de maïs

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier