Manifestations d’agriculteurs : des barrages filtrants demain dans l’Ouest Parisien

Manifestations d’agriculteurs : des barrages filtrants demain dans l’Ouest Parisien

Les organisations agricoles d'Ile-de-France, qui appellent à manifester jeudi autour de Paris, annoncent la mise en place de barrages filtrants dans la matinée sur les principaux axes routiers et ferroviaires.

"On appelle plutôt à du filtrant, l'idée c'est de pas être totalement impopulaires, mais de lancer un cri d'alarme face à la surdité du gouvernement",  indique Damien Greffin, président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles d'Ile-de-France (FDSEA), qui appelle ses adhérents à participer à un "blocus de Paris" demain matin.

"Notre volonté c'est que ça ne dure pas trop longtemps, de 7H00 à la fin de matinée. Mais ça ne sera pas non plus du filtrant partout, et, à certains endroits il ne faut pas grand-chose pour bloquer Paris" a-t-il ajouté, en précisant être en contact avec les forces de l'ordre.

Dans un communiqué, la Préfecture de police de Paris annonce  que "plusieurs perturbations sont à prévoir sur les principaux axes routiers de l'agglomération parisienne". Selon elle, les secteurs sud et ouest franciliens peuvent être "fortement" touchés, citant les autoroutes A6, A10, A12, A13, A15 et les routes nationales N12, N20, N118.

La FDSEA compte plusieurs milliers d'adhérents qu'elle appelle à se mobiliser à bord de tracteurs, camions et voitures pour protester contre un "cumul de taxes et de réglementations" mais aussi contre la redistribution des aides européennes au profit des éleveursdans le cadre de la nouvelle Politique agricole commune (PAC). Les Jeunes agriculteurs (JA) d'Ile-de-France se joignent également au mouvement. La mobilisation ne doit cependant concerner que les départements de l'Essonne et de l'ouest de l'Ile-de-France.

Eviter les débordements

Damien  Greffin redoute toutefois des débordements d'éléments extérieurs à ces deux organisations : "On n'est pas des terroristes", a-t-il insisté en refusant d'être "assimilé aux Bonnets rouges". "On fera tout pour éviter les violences et les débordements" assure le président de la FNSEA, en notant que "partout la colère explose sur le terrain".

"Ce n'est pas une initiative isolée, beaucoup de régions bougent en ce moment et organisent des rassemblements dans les jours qui viennent"  affirme  Xavier  Beulin. "Les contraintes mises bout à bout finissent par faire exploser la colère sur le terrain. Le rôle de la FNSEA est aussi de faire en sorte qu'on puisse entendre ce message de la base et d'obtenir une réponse des pouvoirs publics" juge-t-il.

A ce stade, M. Beulin dit avoir obtenu "deux rendez-vous la semaine prochaine sur l'écotaxe en particulier et la fiscalité en général" avec les ministres de l'Agriculture et des Transports d'une part, et avec le Premier ministre dans le cadre de la remise à plat de la fiscalité d'autre part. "Mais je vais demander d'aller plus loin" a-t-il affirmé, citant des questions réglementaires.

« Plutôt que de bloquer Paris et prendre les citoyens en otage, il faut se mobiliser pour changer le modèle agricole français vers l'agro-écologie dans l'intérêt de tous les agriculteurs et des citoyens », estime de son côté  la Fédération nationale d'agriculture biologique (Fnab) dans un communiqué du 19 novembre. 
 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

beberino

kel honte!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier